Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique et cinéma

21 Novembre 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Questionnaire

Nouveau questionnaire chez CINEMATIQUE ! Vous pouvez aller lire sur son site les nombreuses réponses reçues. Voici les nôtres ci-après.

Mr Smith au Sénat

Mr Smith au Sénat

1 - Quel film représente à vos yeux l'idéal démocratique ?

 

Nolan : Mr Smith au Sénat (Frank Capra, 1939).

 

Antoine : L’idéal démocratique a beau être un peu percé par nature, il sert parfois comme ressource notamment quand il devient insupportable de le voir sombrer dans le ridicule. Donc, Le Caïman (Nanni Moretti, 2006).

 

2 – Au cinéma, pour quel Roi avez-vous un faible ?

 

Nolan : Arthur dans Merlin L'Enchanteur (Wolfgang Reutherman, 1964).

 

Antoine : Quand je pense roi, je pense Shakespeare. Comme Orson Welles est un bon interprète d’un pouvoir incarné et vacillant, disons Orson Welles dans Macbeth (Orson Welles, 1948).

 

3 – Quelle est la plus belle émeute, révolte ou révolution jamais filmée ?

 

Nolan : Il y a un lynchage absolument saisissant et brillamment mis en scène par Jean Renoir dans Le Journal d'une Femme de Chambre (1946).

 

Antoine : Le début du lynchage des Bourreaux meurent aussi (Fritz Lang, 1943).

 

4 – Si vous étiez ministre de la Culture, à quelle personnalité du cinéma remettriez-vous la Légion d'Honneur ?

 

Nolan : A des actrices avec des gros seins pour faire des blagues graveleuses au moment de les épingler. Je forcerai mon entourage à rire aux éclats bien sûr.

 

Antoine : Je n’aime pas ce genre de sucette mais je ne suis pas méchant. Aussi chercherais-je quelqu’un qui serait heureux de la refuser sans le faire savoir.

 

5 – Au cinéma, quel est votre Empereur préféré ?

 

Nolan : Je crois ne connaître que celui de Star Wars. Donc lui.

 

Antoine : Celui de Star Wars est quand même formidablement réussi.

Le Dude et l'EmpereurLe Dude et l'Empereur

Le Dude et l'Empereur

 

6 – Si vous étiez Ministre de la Culture, quelle serait votre première mesure, premier acte symbolique ou premiers mots d'un discours, concernant le cinéma ?

 

Nolan : Ma première mesure serait de me nommer Empereur de la Culture et me situer au-dessus de notre vénéré et honorable Président de la République dans la hiérarchie du pouvoir.

Ma première mesure cinématographique serait d'interdire la diffusion en salles de films dont la durée est supérieure à deux heures. Une autorisation spéciale de l'Empereur de la Culture pourra toutefois être délivrée si, dans sa grande sagesse, l'Empereur estime que le métrage serait desservi par une durée plus courte.

Mon premier acte serait de zigouiller le système de production des comédies françaises pour éviter Les Profs (Pierre François Martin Laval, 2013) et autres catastrophes humoristiques populaires.

Les premiers mots de mon discours : « Moi, Empereur de la Culture, ne laisserai plus jamais Jean Becker, Guillaume Canet et Dany Boon toucher une caméra. Moi, Empereur de la Culture, obligerai Luc Besson à respecter son engagement de mettre un terme à sa carrière de réalisateur. Moi, Empereur de la Culture, instaurerai l'exégèse des films de Weerasethakul, Antonioni, Tarkovski et consorts par Jean-Pierre Pernault, Patrick Sébastien et Nagui en access prime time. Etc. »

 

Antoine : En fait, je n’ai aucune envie d’être ministre de la Culture et, puis, j’ai un peu passé l’âge de jouer à « si j’étais le gouvernement » – surtout à jeun.

Si j’étais Dieu, je supprimerais un certain nombre de films mais c’est une autre histoire…

 

7 – Quel film vous semble, même involontairement, sur le fond ou sur la forme, d'inspiration fasciste ?

 

Nolan : Wanted (Timur Bekmambetov, 2008) mais je ne suis pas certain qu'il soit fasciste : disons qu'il justifie le meurtre préventif si Dieu en donne l'ordre. C'est déjà pas mal. Et sans doute involontaire.

300 (Zack Snyder, 2006) c'est évident et comme Snyder n'a aucun recul sur le matériau qu'il adapte, ça dérape pas mal.

The Dark Knight (Christopher Nolan, 2008) mais à dessein selon moi.

 

Antoine : Beaucoup de films d’Eastwood première période. Disons L’Homme des hautes plaines (1973), pour en citer un bon.

 

8 – Quel est le meilleur film sur la lutte des classes ?

 

Nolan : Eyes Wide Shut (Stanley Kubrick, 1999), la lutte des classes de riches.

 

Antoine : La lutte des classes, je n’en sais rien. Je ne crois pas à la lutte des classes (ça aussi, j’ai passé l’âge). Par contre, sur les oppositions entre couches sociales, je pense évidemment à Kubrick, en particulier à Barry Lyndon (1975) et Eyes Wide Shut (1999) – qui ne concerne pas que les riches.

 

9 – Au cinéma, qui a le mieux incarné la République ?

 

Nolan : Bill Pullman dans Independance Day (Roland Emmerich, 1996), voir discours en vidéo.

 

Antoine : Pas la moindre idée. Je ne sais pas ce qu’est la République… Est-ce une idée, une forme de pouvoir démocratique, un régime, la machine étatique ? Pour le dernier point, il me semble que Michel Blanc était très convaincant en incarnation de l’Etat dans L’Exercice de l’Etat (Pierre Schoeller, 2011).

 

 

Le discours du Président

10 – Quel film vous paraît le plus pertinent sur les coulisses du pouvoir dans le monde d'aujourd'hui ?

 

Nolan : Récemment, il y a bien In The Loop (Armando Iannucci, 2009) et l'Exercice de l'Etat mais sans doute que 1974, Une Partie de Campagne de Raymond Depardon (1974) reste encore le film qui m'avait semblé saisir pleinement la jonction entre un homme et le pouvoir.

 

Antoine : Que certaines décisions politiques aient un impact certain, je l’admets bien volontiers mais ces fameuses coulisses du pouvoir sont un lieu fantasmatique qui n’a pas d’existence réelle. Comme illustration de cette dualité, il me semble que Docteur Folamour (Stanley Kubrick, 1964) est assez efficace… Par ailleurs, en tant qu’incarnation cinématographique du pouvoir, rien ne se place au-dessus du Al Pacino du Parrain II (Francis Ford Coppola, 1974).

 

11 – L'anarchisme au cinéma, c'est qui ou quoi ?

 

Nolan : Le Joker dans The Dark Knight représente une forme d'anarchisme.

Et dans le refus absolu de se plier à toute forme d'autorité ou de conventions sociales Le Dude de The Big Lebowski (frères Coen, 1998) me paraît être une belle figure d'anarchiste.

Et bien sûr il y a Michel Sardou qui s'est autoproclamé anarchiste de droite mais dont l'empreinte cinématographique est moins prégnante que la marque profonde qu'il a laissé sur la chanson française. Michel, je pense à toi. Respect.

 

Antoine : Deux personnages : Boudu dans Boudu sauvé des eaux (Jean Renoir, 1932), le Dude dans The Big Lebowski.

Un réalisateur : le Renoir des années 1930.

 

12 – Quelle est la meilleure biographie filmée d'une femme ou d'un homme de pouvoir ?

 

Nolan : Matrix (Frères Wachowski, 1999). On me dit à l'oreillette que Néo est un personnage de fiction. Alors Star Wars Episode III La Revanche des Sith (2005).

 

Antoine : La trilogie des Parrain – peu importe que le personnage n’ait pas existé, non ?

 

13 – De quelle femme ou quel homme de pouvoir, aimeriez-vous voir filmer la biographie ?

 

Nolan : Celle de notre vénéré et honorable Président de la République, François Hollande. Avec en introduction, pour faire comme Wes Anderson, un petit court métrage sur la brillante carrière de Jean-Michel Baylet.

 

Antoine : Lucius Cornelius Sulla (Sylla).

Politique et cinémaPolitique et cinéma

14 – Au cinéma, quel personnage de fiction évoque le style des politiciens français suivants :

Nicolas Sarkozy, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Marine le Pen ? (vous pouvez en choisir d'autres)

 

Nolan : Bien sûr je vais commencer par le grand oublié de la liste, François Bayrou. Il ferait une idéale Ryan Jones de Gravity (Alfonso Cuaròn, 2013), perdu dans l'espace en train de parler tout seul.

 

Je compare souvent notre vénéré et honorable Président à Homer Simpson dans l'épisode où il arrive à gagner des combats de boxe sans réussir à porter un seul coup parce que ses adversaires s'épuisent en échouant à le mettre KO : le cerveau d'Homer est trop petit pour toucher les parois de son crâne et provoquer un évanouissement. Ne pensant pas une seule seconde remettre en cause les capacités intellectuelles de notre bien-aimé Président, je comparerai finalement François Hollande à Larry Gopnick dans A Serious Man (Frères Coen, 2010).

 

Quand à notre précédent et moins vénéré Président, je dirai tout simplement que Nicolas Sarkozy est un mélange des personnages interprétés par Joe Pesci dans Les Affranchis et dans Casino (Martin Scorsese, 1990 et 1995).

 

Jean Luc Mélenchon me fait penser à Ghislain Lambert dans Le Vélo de Ghislain Lambert (Philippe Harel, 2000).

 

Marine le Pen serait Idris Elba dans Pacific Rim (Guillermo Del Toro, 2013) : Grand, Noir, Discours binaire, Patriote. Marine le Pen quoi. Non ?

 

Antoine : Aucun personnage, immédiatement, ne fait penser à l’un des quatre. Plus généralement, un film consacré à François Hollande (que j’aime bien) ou à Nicolas Sarkozy (que je n’aime pas) ne me passionnerait pas a priori. Quant à la feignasse d’extrême droite, c’est un personnage sans le moindre intérêt. C’est sur la France qui vote pour elle qu’il faudrait mettre l’accent – et la présenter telle qu’elle est : absolument méprisable. Par contre, Mélenchon pourrait faire un bon personnage. Justement parce qu’il est prisonnier de celui-ci. De plus, l’erreur classique est de chercher l’homme qui se cache derrière le masque du pouvoir (quand c’est ce masque même qu’il faut disséquer). Mais, dans le cas de Mélenchon, il n’y a aucune forme de pouvoir. Le film ne serait donc pas politique, juste un drame personnel recouvert par de gros effets de manche. Une farce triste, comme il existe des drames gais.

 

15 – Quel film de propagande n'en est-il pas moins un grand film ?

 

Nolan : Choix classique : Casablanca (Michael Curtiz, 1942)

Choix alternatif : Les bourreaux meurent aussi (Fritz Lang, 1943)

 

Antoine : Pour être original : Alexandre Nevski (Sergueï Mikhailovitch Eisenstein, 1938).

 

16 – Quel a été pour vous, en France le meilleur Ministre de la Culture ? Expliquez pourquoi en deux mots.

 

Nolan : Jack Lang, voir réponse 5 : je ne connais que lui.

Antoine : Lang est celui qui restera donc il fait l’affaire. Et puis il a un bien joli patronyme.

 

17 – Quel est le meilleur film de procès ?

 

Nolan : Témoin à charge (Billy Wilder, 1957) et 12 Hommes en colère (Sidney Lumet, 1957).

 

Antoine : Il y a tellement de bons films de procès. J’ai un faible pour Minuit dans le jardin du bien et du mal (Clint Eastwood, 1997).

 

18 – Quel film vous paraît le plus lucide sur le quatrième pouvoir (les médias) ?

 

Nolan : J'ai quelques films en tête mais je pense surtout à l'omniprésence télévisuelle dans les films de Paul Verhoeven durant sa période américaine (Robocop, 1987 ; Total Recall, 1990 ; Starship Troopers, 1998) qui m'a toujours paru pertinente sur le mélange de vide et de propagande que pouvait constituer la télé.

Quand aux autres médias, à l'exception des Hommes du Président (Alan J. Pakula, 1976), je n'en vois pas.

 

Antoine : La Cinquième Victime (Fritz Lang, 1956).

 

19 – Citez un film que vous aimez et qui vous semble assurément de droite ?

 

Nolan : La Nuit nous appartient (James Gray, 2008). Pour être tout à fait honnête, c'est Antoine qui trouve que le film est de droite et ce fut la première fois que j'entendais cela de sa bouche à propos d'un film que j'aimais.

 

Antoine : M le Maudit (Fritz Lang, 1931).

 

20 – Citez un film que vous aimez et qui vous semble certainement être de gauche ?

 

Nolan : Bon alors Ken Loach, c'est un peu la facilité, mais au bout de la vingtième question, on fatigue. Donc My Name is Joe (1998) et It's A Free World ! (2007)

 

Antoine : M le Maudit (Fritz Lang, 1931).

It's A Free World

It's A Free World

Partager cet article

Commenter cet article

FredMJG 29/11/2013 16:04

Nous avons quelques Lang (Fritz the cat hein pas l'autre) en commun et il me semble qu'il y en a au moins un des deux qui n'était pas à jeun quand il a répondu à ce questionnaire.
Perso, si j'étais dieu, je ferais dans la vie comme au cinéma, je virerais les mauvais scénaristes !

FredMJG 29/11/2013 17:35

OK
Saoule toi et réponds à nouveau. J'ai besoin de rire :)

nolan 29/11/2013 17:16

Je sais que c'est à moi que tu penses sur le répondeur pas à jeun. Et bah, j'étais à jeun. Mes réponses auraient été encore meilleures complètement saoul.

Sylvain Métafiot 26/11/2013 06:55

The Big Lebowski : très bon choix d'anar !
Je n'ai pas non plus pensé au Joker de Batman.

ludovic 24/11/2013 15:41

Le contraste entre les réponses de l'un ou de l'autre est souvent savoureux ! Et puis Renoir, bien sûr !

dr orlof 23/11/2013 14:30

Jolies réponses :) Hollande en "Serious man", c'est bien vu même si le personnage des Coen m'est plus sympathique. Et je n'avais pas pensé à Bayrou (mais qui, sérieusement, pense parfois à Bayrou?)

Nolan, pas certain qu'il soit une bonne idée que tu deviennes ministre de la culture mais pourquoi pas ;)

FredMJG 29/11/2013 16:07

Pitin oui il m'a fallu quelques minutes pour me souvenir de qui était Bayrou... On ne peut même pas dire qu'il est le héros de Straight Story de Lynch parce que le vieux au moins finit par arriver quelque part :)

nolan 24/11/2013 10:51

Empereur de la Culture. Non je ne vous le souhaite pas peuple français ! La Vie d'Adèle en 1h59, Rois et Reine en 2h02 - dérogation partielle -, Le Retour du Roi en 1h47, Avatar en 19 minutes … Evidemment je ne toucherai pas un cheveu aux films de Coppola et par amitié pour Antoine, j'épargnerai Antonioni. Je pense que je me ferai assassiner rapidement néanmoins.

nolan 23/11/2013 11:26

Barry Lyndon ! Mais bien sûr, où avais-je la tête ?..

.obbar-follow-overlay {display: none;}