Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mad Max 4 : aller et retour dans le désert, une métaphore de l'Europe politique

6 Juillet 2015 , Rédigé par nolan Publié dans #réflexions obtuses sur film pointu

Mad Max : Fury Road (Jean-Luc Mélenchon George Miller, 2015)
 
par Pierre-Yves Saint-Nolan, professeur dramatique d'art lucratif. 
 
Mad Max : Fury Road est un film d'anticipation qui imagine ce qui se passerait en Grèce si le pays sortait de la zone euro. Le réalisateur n'est autre que Jean-Luc Mélenchon qui, comme il l'a souvent rappelé, est le principal instrument de la récente victoire de Syriza. 
 
Mélenchon recourt à la métaphore mais avec la subtilité de Patrick Sébastien qui chante son amour pour Cyril Hanouna
 

Ainsi Max (Tom Hardy qui cabotine comme d'habitude) figure-t-il le Grec qui a fait sombrer le pays : il n'a jamais payé ses impôts, il ne pense qu'à sa gueule et ne semble pas désireux de porter une tenue correcte dans quelques instances que ce soit. 

Comment a-t-il pu financer l'achat de cette luxueuse moto alors que le pays est dans la déroute ?!..

Comment a-t-il pu financer l'achat de cette luxueuse moto alors que le pays est dans la déroute ?!..

Le monde manque d'eau et Immortan Joe (Hugh Keays-Byrne), qui figure une métaphore d'Angela Merkel mixée avec Johnny Hallyday (voir photos comparatives), est un dictateur à la tête d'une communauté consanguine (appelons-là l'Europe, plus personne n'est dupe) qu’il maintient sous son joug en rationalisant la source qu'il possède.

Immortan Joe, qui figure une métaphore d'Angela Merkel mixée avec Johnny Hallyday. Attention Joe est à droiteImmortan Joe, qui figure une métaphore d'Angela Merkel mixée avec Johnny Hallyday. Attention Joe est à droiteImmortan Joe, qui figure une métaphore d'Angela Merkel mixée avec Johnny Hallyday. Attention Joe est à droite

Immortan Joe, qui figure une métaphore d'Angela Merkel mixée avec Johnny Hallyday. Attention Joe est à droite

L'un de ses généraux, Furiosa (Charlize Theron) profite d'un plein de gasoil à faire à la seule station ouverte à 100 kilomètres à la ronde pour tenter de fuir là où l'herbe serait plus verte en emportant avec elle le harem du boss. 
 
Bon, je ne vous fais pas un dessin mais Furiosa, c'est évidemment Alexis Tsipras. Toutefois malgré les efforts de l'actrice, qui s'est rasé la tête, teint les cheveux en noir et enlevé un bras, elle reste mille fois plus sexy qu'Alexis qui ressemble à un prof d'école de commerce. C'est ce qu'on appelle la magie du cinéma et la ‘‘vision’’ du réalisateur (les yeux de l'amour donc).
Il faut reconnaître que la ressemblance n'est pas frappante mais un film de fiction est une oeuvre d'art pas une reproduction fidèle de la réalité, leçon de base !Il faut reconnaître que la ressemblance n'est pas frappante mais un film de fiction est une oeuvre d'art pas une reproduction fidèle de la réalité, leçon de base !

Il faut reconnaître que la ressemblance n'est pas frappante mais un film de fiction est une oeuvre d'art pas une reproduction fidèle de la réalité, leçon de base !

Le harem regroupe quelques frondeurs socialistes, des communistes qui faisaient des tracts dans les années soixante-dix, Clémentine Autain et Mélenchon lui-même (Rose Huttington Whiteley, voir photo) en femme rayonnante qui porte la vie et qui dit des choses censées. Elle finira mal quand même sacrifiée sur l'autel de l'ultra-libéralisme. 

Métaphore de Jean-Luc Mélenchon, Gérard Filoche, Clémentine Autain, Yann Brossat et le mec qui croit que tout le monde le connait mais en fait non (Jérôme Guedj voilà !), mais je reconnais que c'est très très symbolique.

Métaphore de Jean-Luc Mélenchon, Gérard Filoche, Clémentine Autain, Yann Brossat et le mec qui croit que tout le monde le connait mais en fait non (Jérôme Guedj voilà !), mais je reconnais que c'est très très symbolique.

Si Mélenchon croit à la révolte du peuple, on ne le vexera pas trop en disant que son film a quand même tendance à sacrer l'homme providentiel, ou la femme d'ailleurs, puisque Max n'est qu'un rouage fort utile dans l'aventure de Furiosa. 
De même il n'est pas très tendre vis-à-vis de Jean-Vincent Placé avec le personnage de Nux (Nicolas Hoult) qui est l'archétype du mec qui lèche le cul du chef avant de retourner sa veste au bon moment. 
Il est carrément odieux avec François Hollande, mais quand on hait, on ne compte pas (voir photo). 
Corpus Colossus (Quentin Kenihan), métaphore de François Hollande. Le personnage ne prend jamais position et se laisse faire. La charge est violente pour notre président adoré.

Corpus Colossus (Quentin Kenihan), métaphore de François Hollande. Le personnage ne prend jamais position et se laisse faire. La charge est violente pour notre président adoré.

Et si d'aucuns, vendus au grand capital ou pire aux journalistes, lui reproche un discours caricatural, force est de constater que son film sait aller à l'essentiel : c'est électrisant, beau et spectaculaire. C'est un film un peu fou, qui trouve l'équilibre entre ses coups de force visuels et un monde sale et grotesque. 
 
C'est aussi un film sur le renoncement, qui dit que les lendemains qui chantent ne sont pas pour demain, ni pour après-demain. Furiosa-Tsipras doit ainsi faire demi-tour et repartir en Europe poursuivis par Immortan-Merkel.
On comprend l'inquiétude de Jean-Luc et d'une certaine façon sa clairvoyance. 
 
MAJ à 15h23 : la rédaction de De son cœur le vampire vient d'apprendre que le film n'est pas réalisé par Jean-Luc Mélenchon, comme la vision de l'oeuvre l'avait laissé croire. Toutes nos excuses à George Miller, véritable auteur et à la critique en général pour cette énorme erreur d'interprétation. 
Mad Max 4 : aller et retour dans le désert, une métaphore de l'Europe politique

Partager cet article

Commenter cet article

.obbar-follow-overlay {display: none;}