Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inglourious Basterds

1 Septembre 2009 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Pendant la seconde Guerre Mondiale, une jeune franco-juive s’échappe de justesse du massacre de sa famille. Elle finira gérante d’un cinéma qui accueillera les plus grands dignitaires nazis. Faciles à brûler quand ils sont en foule, les nazis sont plus difficiles à occire quand ils sont plus allemands que SS (et surtout éconduits).

Pendant la seconde Guerre Mondiale, un colonel nazi bavard d’autant plus difficile à arrêter qu’il parle plusieurs langues passe son temps à débusquer les juifs et les comploteurs. Pas besoin d’être un taiseux pour faire peur, cet ergoteur est tout simplement glaçant. Comme tout bon élément, il atteint tous ses objectifs et sa réussite restera gravée à jamais.

Pendant la seconde Guerre Mondiale, une bande de soldats américano-juifs avec à leur tête un américano-apache, est envoyée en France occupée pour casser du nazi. Mais autant c’est facile de latter un nazi avec une batte, autant c’est fastidieux de parler italien pendant une avant-première. Ce sont des bâtards.

Pendant la seconde Guerre Mondiale, un soldat anglais polyglotte va rencontrer dans une taverne des bâtards, une actrice allemande célèbre, un jeune papa soldat et un officier SS amateur de whisky. Une rencontre détendue puis tendue puis détendue puis retendue puis détendue (on ne sait plus trop) puis ça se finira en dispute. Et les nerfs en pelote pour le spectateur.

Tout cela fait un film admirable.

 

Brad Pitt et son couteau

 

Tarantino joue aux montagnes russes avec le cœur du spectateur. Il met tout son talent de metteur en scène vers un seul but : l’émotion. Un peu comme un film d’épouvante ou un mélodrame.

Notre regard se fige quand nous voyons M. Lapadite, exténué dans un combat psychologique, lâcher prise.

Nous sommes partagés quand le Bear Jew arrive pour un cours de base-ball ultra violent : en faisant anormalement durer la venue de l’acteur Eli Roth caché dans le tunnel, nous ne pouvons plus prendre le plaisir d’un moment de violence rigolo, nous avons envie que la torture finisse au plus vite.

Comme Shosanna, nous ne pouvons avaler le Strudel plein de crème mais nous prions pour qu’elle le fasse de peur qu’elle se trahisse.

Nous savons que la scène de la taverne va virer au bain de sang. C’est la scène la plus douloureuse et les dernières paroles du soldat anglais interprété par Michael Fassbinder en deviennent poignantes ....et coupées par l’hilarant « tu peux dire au revoir à tes couilles de nazi ».

Les grands moments de comédie qui suivent font baisser la pression avant le final apocalyptique et la conclusion ambiguë (Landa son île déserte et sa croix gammée).

Un petit coup de chapeau à Jacky Ido constamment à côté de ses lignes, ce qui est en soi une contre performance marquante au milieu de ce casting parfait (Christoph Waltz et Brad Pitt au dessus d’un lot d’acteurs déjà excellents : Kruger, Fassbender, Brühl, Schweiger, …)

A lire les excellentes critiques du Dr Orlof et de Inisfree

 

 

 

Léa Seydoux et Christoph Waltz

nolan

Inglourious Basterds (2009), de Quentin Tarantino

Note de nolan : 5
Note  de Ran : 4

Partager cet article

Commenter cet article

Uwe Boll 07/10/2009 22:19


Après plusieurs échos positifs (dont les tiens), je suis allé voir Inglourious...

Une question: les ... de la parenthèse "acteurs déjà excellents" comprennent-ils Mélanie Laurent?

Pourquoi?j'y viens ensuite...Mon ressenti du film est partagé entre du très bon (les scènes de Waltz, la scène de la taverne, le démarrage du film) et malheureusement du très moyen (l'éparpillement
de Tarantino sur l'ensemble du film, ses bons sentiments...) et du nul voir catastrophique (le film "bis" parce que devant provenir d'un autre film monté au même moment, au même endroit et
interverti par erreur dans la salle de montage bref les scènes avec la fameuse Mélanie Laurent...Une souffrance qui culmine avec la scène du hall et enfin délivrance si l'on peut dire, sa mort
ridicule sur une musique discutable (le comble!)).

Au final assez blasé donc heureusement que mon dvd de boulevard de la mort me fait des regards en coin depuis un bon bout de temps pour me réconcilier avec Mr.T


nolan 08/10/2009 11:09


Uwe,
Une réponse : oui.
D'ailleurs dans les très bonnes scènes de Waltz auxquelles vous faites références, Mélanie Laurent est dans l'une d'elles et elle est très bien.
Je ne vois pas d'éparpillement dans ce film au contraire je le trouve intelligement agencé et sans baisse de rythme. J'aime bien votre idée du film bis interverti par erreur, ça colle avec
l'un des thèmes d'Inglourious Basterds. Mais ce film bis, je le trouve touchant. Et dans ce film bis il y a les scènes avec Daniel Bruhl que je trouve très réussies.
Par contre, je vous concède que la scène dans le hall (celle entre Shossana et son amant) est mal jouée, c'est la faute de Jacky. La scène dans la cabine de projection fait référence à Duel au
soleil de King Vidor si je ne m'abuse et je l'ai trouvée pas mal du tout (mais j'aime bien la musique de Morricone).
On est bien d'accord sur Death Proof mais il reste en dessous du dernier opus de Mr T.


.obbar-follow-overlay {display: none;}