Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bad Boys II, la séquence du Hummer ou l'Amérique de Michael Bay

7 Octobre 2009 , Rédigé par nolan Publié dans #Réflexions pointues sur films obtus

Pour ouvrir cette nouvelle rubrique, je commencerai par l'empereur du film de bourrins des années 1990 et 2000 : Michael Bay. Michael Bay est un réalisateur de blockbuster à forte connotation patriotique et souvent réactionnaire. Dans Bad Boys II, la dernière course-poursuite est un message politique.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Reflexions pointues sur films obtus

Je vous le fais style bande annonce de film d'action :
Après The Rock (1996) dans lequel Ed Harris se fend d'un discours main sur le cœur sur la grandeur perdue de l'armée américaine,
Après Armageddon (1998) et Pearl Harbour (2001) qui furent sans doute deux grandes inspirations de l'excellent Team America World Police (2004, Trey Parker) et son "America Fuck Yeah !"
Un cinéaste va atteindre le paroxysme de son patriotisme (et de son talent) : Michael Bay ! Et c'est dans ... Bad Boys II !!

Bad Boys II
! La suite d'un premier long-métrage épouvantable à base de cool attitude et de "prends cette bullet dans la face motherfucker de trafiquant russo-français" (salauds de russe, salauds de français).
Bad Boys II ! De nombreuses scènes de comédie très pataudes. Des courses-poursuites de malades et des fusillades à gogo.
Mais surtout Bad Boys II, c'est l'Amérique selon Bay. Bay aime les américains sauf s'ils sont racistes mais Bay n'aime pas trop les étrangers. Ici, les ennemis sont Cubains (salauds de castristes), Jamaïcains (On n'est pas l'immigration, crie Martin Lawrence avant que Will Smith les "shoot, shoot, shoot" l'un après l'autre) ou Russes (salauds de communistes).
L'Amérique ne se mélange pas. Les noirs (trop cool) d'un côté, les blancs (trop frustrés de pas être noirs)  de l'autre et les latinos (des noirs qui s'habillent mal comme des blancs) entre les deux. Mais face au danger, l'Amérique de Bay s'unit à la fin du film. Dans une dernière partie hallucinante, les blacks, blancos, latinos (américains avant tout) s'unissent comme un seul homme et font une descente à Cuba pour 1) sauver la fille 2) atomiser l'armée castriste qui protège un odieux et hystérique trafiquant d'ectasy.
De l'ectasy, c'est sans doute ce qu'a consommé le réalisateur en montant d'un cran dans ses élucubrations routières : Et que je te balance des voitures, et que je te balance des cadavres et enfin que je te balance des pauvres (étrangers, ne vous inquiétez pas).
Laissant tomber une histoire que personne ne suit de toute façon, nos héros foncent vers Cuba. Après avoir soigneusement détruit la moitié de l'île (c'est le plan A), nos bad boys prennent un Hummer et défoncent un bidonville (c'est le plan B et c'est véridique).

Will Smith au volant, Martin Lawrence à la place du mort

Dans cette scène, le symbole de l'Amérique toute puissante (le Hummer ou Humvee) détruit un bidonville de Cuba sans se soucier de savoir s'il y a quelqu'un à l'intérieur (comme par exemple des innocents) et surtout, les héros et nous, spectateurs, prenons un pied d'enfer à cette destruction totale et chaotique.
De deux choses l'une. Soit Michael Bay est un vrai provocateur. En omettant d'intégrer des plans dans lesquels les innocents se sortent vivants de la destruction de leur maison comme on peut le voir d'habitude dans ce genre de film, il crache au visage de Donald Rumsfeld et de l'administration Bush, démontrant le mépris américain dans ses interventions militaires, mépris cautionné par la paranoïa de la menace extérieure.
Soit, l'ectasy l'a collé au plafond et Bay exprime son fantasme de l'hégémonie américaine à travers cette scène plus que parlante.

"Qu'est-ce qu'il y a dans ton cerveau ?" dit Will Smith à Martin Lawrence excédé par son puritanisme et sa paranoïa délirante.
"Y a-t-il un cerveau dans Michael Bay ?", s'interroge le spectateur à la fin du film. Mystère mais le réalisateur arrêtera les frais avec son film suivant, le très mauvais The Island (heureusement, il y a quand même une course poursuite dans laquelle on balance des gros trucs!) et ira même jusqu'à se moquer très maladroitement de l'armée dans Transformers (salaud de Spielberg, producteur et démocrate).

La prochaine fois, Taken ou la France de Luc Besson.
nolan

Bad Boys II (2003), de Michael Bay

Partager cet article

Commenter cet article

Benny 25/05/2010 17:55



Comme je disais précedemment, Michael Bay ne connaît que le ralenti en terme de technique avec pour preuve ce clip réalisé pour Victoria's Secret.


http://www.youtube.com/watch?v=TmNEG8IFd_Y&feature=player_embedded



Benny 15/05/2010 17:36



Il est vrai que cette scène est ridicule et franchement pas drôle, mais j'aime bien Michael Bay car voilà un réalisateur qui ne connaît qu'une seule technique cinématographique à savoir le
ralenti, et comme j'aime beaucoup les scènes de ralenti, j'apprécie bien. 



nolan 16/05/2010 23:23



Merci pour ce commentaire. Vous l'aurez compris, je trouve cette scène assez fascinante d'une certaine façon.


Michael Bay connait aussi le montage épileptique. Malheureusement, il ne sait pas trop quoi en faire contrairement à Paul Greengrass.


 



nolan 03/01/2010 10:59


Merci bien. Sacré Michael.
Je vous conseille aussi de lire Taken (pas de le voir) en cliquant ici


Emmanuel 02/01/2010 14:32



Excellent ! Bay ou le réalisateur de la potatoes couch, les bof aux USA !



.obbar-follow-overlay {display: none;}