Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Autour de Fritz Lang et des Nibelungen : Le paradoxe Fritz Lang

7 Novembre 2009 , Rédigé par Ran Publié dans #Autour de Fritz Lang

Génie absolu – et reconnu – du cinéma, Fritz Lang n’en est pas moins, du fait que sa vie et sa carrière aient été coupées en deux par l’avènement du nazisme – un homme fait de multiples paradoxes. En ouverture de cette série – largement consacré aux Nibelungen –, je reviens sur ceux-ci. 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Autour de Fritz Lang et des Nibelungen (1924) :
Constantes et variations d’une œuvre majeure   

I - Le paradoxe Fritz Lang

 

Il existe un paradoxe concernant Fritz Lang. Certes, plus personne ne remet en cause son appartenance aux monstres sacrés du cinéma[1] ; M le maudit (1931) compte parmi les plus grandes références du septième art et toutes les périodes du cinéaste viennois, qu’il s’agisse des allemandes ou de l’américaine[2], de la muette ou de la parlante sont considérées comme importantes. En fait, le malaise réside dans son rapport au nazisme.

Fritz Lang (1890 -1976)


Pour ses détracteurs, tout est simple. Fritz Lang – qui a tué sa première femme en 1920 – a été, dans les années 1920, un homme très proche de l’extrême droite ultranationaliste comme le montrent son appartenance à un syndicat de réalisateurs lié au parti nazi et surtout ses films notamment Les Nibelungen (1924), Metropolis (1926) et M le maudit, ce dernier – très admiré par Adolf Hitler – faisant l’apologie d’une contre-société qui sape les institutions officielles d’une République de Weimar sur le point de s’écrouler. Quant à son départ d’Allemagne en 1933, il ne s’agit pas d’un acte politique – Fritz Lang aurait été très tenté de devenir un cinéaste officiel du nouveau régime nazi – mais il a été, au contraire, motivé par des considérations pécuniaires, assuré qu’il était alors de pouvoir faire fortune aux Etats-Unis[3]. Pour ses thuriféraires, la vérité est toute autre. Fritz Lang – qui n’a pas tué sa première femme – était sans doute un homme de droite dans les années 1920 mais il n’est en rien responsable du contenu politique de ses films à cette époque. Celui-ci est dû à Thea von Harbou, sa seconde épouse et scénariste, dont nul ne peut remettre en cause les accointances avec le parti nazi dont elle fut rapidement membre et qu’elle soutint tout au long de son existence. La prise de conscience de Fritz Lang intervient avec M le maudit qui montre son aversion pour la justice populaire et le lynchage quand bien même il concernerait un pédophile et meurtrier d’enfants. Et le réalisateur quitte rapidement l’Allemagne à l’avènement du nazisme sans avoir aucune assurance concernant son avenir. Par la suite, il évoluera plutôt vers la gauche comme le montreront ses films américains.

 

Métropolis

 

Si – et je laisse, en partie, parler mon immense admiration pour Fritz Lang –, je suis beaucoup plus proche de cette seconde version, ma position est toutefois légèrement différente. Je ne prétends certes pas à l’objectivité – comment pourrais-je l’être dès lors qu’il s’agit de Fritz Lang ? – mais je pense que Lang – dont j’ignore s’il a, ou non, tué sa femme[4] –, dans les années 1920, est, comme la très grande majorité des Allemands humiliés par le « Diktat » de Versailles, sujet à une passion nationaliste parfois virulente. Mais il est vrai que,  s’il participe au scénario de ses films (scénariste fut d’ailleurs son premier métier dans le cinéma), il est avant tout passionné par la mise en scène ce qui est somme toute assez logique de la part d’un homme dont la formation est celle d’un architecte et d’un peintre. Il y exprime une tendance à créer d’immenses plans larges dans lesquels se manifeste un goût pour la symétrie et le monumental[5]. Il cherche donc alors, par l’image – plus d’ailleurs que par le montage, Lang ne cherchant jamais (et ce toute sa carrière durant) à impressionner par des raccords spectaculaires – à édifier le spectateur. Quant au discours politique, il ne s’y intéresse sans doute guère – ce qui doit être porté à son débit – en en laissant sans doute la charge[6] à Thea von Harbou. Ainsi la si controversée conclusion de Metropolis[7] – la main et le cerveau qui doivent communiquer par le cœur c’est-à-dire une complète alliance entre le patronat et les ouvriers – ne lui appartient sans doute pas[8]. Quant à M le maudit, si l’on peut en tirer des analyses si opposées – qui sont toutes justifiées – cela s’explique pour moi par la tension qui habite Fritz Lang à cette époque et qui d’ailleurs fonde le génie du film[9]. Le cinéaste est ainsi en pleine remise en cause personnelle. Celle-ci est double. Artistique, d’une part. L’arrivée du parlant lui impose de se poser différemment la question du discours et il en tire la conclusion qu’il ne peut désormais laisser celui-ci lui échapper[10]. Politique, d’autre part. Face à la montée du nazisme ou plus probablement face au délitement de la République de Weimar, son opinion évolue. Il n’est sans doute pas encore cet homme de gauche modéré qu’il deviendra par la suite mais déjà ce en quoi il croyait auparavant – il ne tardera d’ailleurs pas à rompre (même si des raisons d’ordre sentimentales sont aussi en cause) avec Thea von Harbou – commence à lui poser problème. Ainsi, s’il ne sait sans doute absolument pas lui-même ce qu’il pense réellement quand il tourne M le maudit, son état de confusion répond à celui qui s’est emparé de son pays – même si les deux élans pousseront, in fine, dans des sens diamétralement opposés – et il l’exprime, dans son art, mieux que personne ne le fera jamais. Cela donne donc un chef d’œuvre – qui sera, pour des raisons identiques, immédiatement suivi d’un autre, Le testament du Docteur Mabuse (1933)[11] – et poussera, bien qu’il connaîtra sans doute un vrai temps d’hésitation à quitter – mais non fuir – l’Allemagne peu après l’arrivée des nazis au pouvoir.

M le Maudit

 

S’il a déjà été approché à l’époque par le cinéma américain – et notamment le producteur (et futur – grand – réalisateur Joseph L. Mankiewicz), il n’a pas encore de contrat assuré avec Hollywood et devra attendre trois ans – qu’il passera en partie en France – pour signer son premier film américain, Furie (1936). Celui-ci est un nouveau chef d’œuvre et donne le coup d’envoi d’une trilogie dite sociale – avec J’ai le droit de vivre (1937) et Casier judiciaire (1938) – qui montre clairement l’évolution politique du réalisateur. En même temps, Furie revient sur le thème du lynchage et est, à bien des égards, proche de M le maudit. Par la suite, Fritz Lang signera des films antinazis (Chasse à l’homme en 1941 ; Les bourreaux meurent aussi en 1943 ; Espions sur la Tamise en 1944 ; Cape et poignard en 1946) parmi les plus brillants de tous ceux produits par Hollywood et rien ne reviendra remettre en cause son appartenance au camp des libéraux[12] – c’est-à-dire des hommes de gauche au sens américain du terme.

 

 Spencer Tracy dans Furie

 

L’homme a-t-il pour autant radicalement changé ? Cela me semble donc vrai mais en partie seulement. En fait, dès ses premiers films – c’est-à-dire dans sa période allemande, muette, nationaliste et apolitique –, Fritz Lang développe des thématiques et une vision (pessimiste) de l’humanité qui parcourront toute son œuvre. C’est le cas dans Docteur Mabuse, le joueur (1922) mais surtout dans Les Nibelungen notamment dans sa seconde partie, La vengeance de Kriemhild. Et, c’est sur ce dernier film que j’ai choisi de m’appuyer pour développer mon propos sur l’œuvre de Fritz Lang.

Margarete Schön dans Nibelungen – La vengeance de Kriemhild

 

 

Ran

 

La suite : Pourquoi choisir les Nibelungen ?


[1] Et, personnellement, je le place au tout premier rang de ceux-ci.

[2] Et son film français, Liliom (1934) ?  Quoique de grande qualité, on l’oublie souvent mais passons…

[3] On sait que le journaliste Patrick McGilligan a, dans son ouvrage Fritz Lang, the nature of the beast (1997 ; non traduit en français), démonté la jolie fable concernant le départ de Fritz Lang d’Allemagne. Celui-ci prétendait – il l’a raconté de très nombreuses fois à la fin de sa vie et Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963), dans lequel Fritz Lang joue son propre rôle, évoque cette histoire – avoir quitté son pays en une journée après avoir rencontré Joseph Goebbels qui lui proposait de créer le cinéma nazi et à l’issue d’aventures abracadabrantes. En étudiant le journal de Goebbels et surtout le passeport de Fritz Lang, McGilligan montre qu’il n’y a jamais eu de rencontre entre l’auteur de M le maudit et le chef de la propagande du IIIe Reich et que Fritz Lang a organisé son départ d’Allemagne en plusieurs mois. Si je ne peux que saluer le remarquable travail d’historien mené par Patrick McGilligan, je n’ai pas une grande sympathie pour ses grandes biographies de cinéastes faites par des journalistes américains – dont la plus célèbre reste celle de Donald Spoto sur Alfred Hitchcock (Alfred Hitchcock, the dark side of a genius) – qui n’ont pour vocation que de détruire des mythes et n’apportent rien – ou si peu – en matière d’analyse filmique. Quant à la version du départ de Fritz Lang de son départ d’Allemagne, sans excuser son mensonge – et surtout l’exploitation qu’il en a faite – elle me semble être la contraction, en forme de scénario de cinéma, de la vérité (ou, du moins, de ce qu’il imagine qu’elle est). Ainsi, s’il n’a pas rencontré Goebbels, on sait qu’il a bien été approché par des responsables nazis, ceux-ci lui offrant un poste important dans le nouveau cinéma allemand. De même, il a bel et bien – même si ce ne fut pas en une journée – quitté rapidement l’Allemagne. Aussi, je ne puis que conseiller d’écouter Fritz Lang raconter, avec son bel accent viennois, cette histoire – en gardant à l’esprit qu’elle est fausse et en imaginant Fritz Lang en train de la réaliser – dans un français un peu précieux.

[4] Dans cette affaire trouble, nul n’est en mesure d’affirmer quoique ce soit. Et Fritz Lang étant à l’époque relativement méconnu, il y a fort peu de chances pour qu’on retrouve un jour de quelconques archives permettant d’accéder à de nouveaux éléments sur ce fait divers.

[5] Que le cinéma nazi – et Leni Riefenstahl tout particulièrement – se soit inspiré de cette manière de filmer de Fritz Lang – qui l’abandonnera très largement à l’heure du parlant – est une évidence. Mais de cela, Fritz Lang ne peut être tenu pour responsable. On remarquera également que son contemporain Sergueï Mikhailovitch Eisenstein ou, plus tard, Stanley Kubrick manifesteront des goûts semblables…

[6] Sans que l’on puisse d’ailleurs savoir si Lang est en complète adhésion avec son épouse, s’il s’en moque ou s’il ne s’en rend pas compte.

[7] Notons que l’idéologie qui est ici développée n’est pas nazie, ni même réellement fasciste mais se rapproche plutôt de celles que développeront les dictatures corporatistes (comme l’Autriche de Dollfuss) à la fin des années vingt et au début des années trente.

[8] Fritz Lang dira plus tard qu’il était en complet désaccord avec ce propos lorsqu’il tourna ce film. Mais on sait – on l’a vu plus haut – que l’homme n’en est pas à un mensonge près…

[9] L’autre exemple d’un cinéaste réalisant un film alors qu’il est dans un état de confusion – par rapport à ses croyances personnelles et à l’état du monde qui l’entoure – tel qu’il se répercute dans son œuvre ce qui la rend extraordinaire est, bien sûr, Jean Renoir avec La règle du jeu (1939).

[10] Pour comprendre Fritz Lang, il faut, en effet tenir compte du côté démiurge de celui-ci.

[11] Ce dernier film sera d’ailleurs plus ou moins interdit par le régime nazi.

[12] En fait, en 1948, Fritz Lang soutiendra même un candidat situé à la gauche du démocrate – et président réélu – Harry Truman. Par contre, il ne sera jamais communiste – comme le montre notamment sa collaboration tendue avec Berthold Brecht sur Les bourreaux meurent aussi dans lequel, symboliquement, une scène dans laquelle le peuple de Prague est censé, pour Brecht, remettre dans le droit chemin l’héroïne (Anna Lee) se transforme, filmée par Lang, en pré-lynchage. Par ailleurs, l’idée que Lang aurait été sérieusement inquiété par le maccarthysme relève du mythe – encore – inventé par le réalisateur. Quant à l’évolution finale de Fritz Lang – que je qualifie de métapolitique –, j’y reviendrai en conclusion de cette série.

Partager cet article

Commenter cet article

Antoine 11/12/2011 21:27


Non, pas vraiment.


Je sais que Lang a été très choqué par la thèse de Kracauer et qu'il a eu, plusieurs fois, l'occasion de dire combien celle-ci était (et non lui paraissait - car il était extrêmement affirmatif
sur un point lui tenant visiblement à coeur) fausse. Les deux hommes, qui avaient connu un parcours similaire, entretenaient une correspondance au début des années 1940, celle-ci étant
interrompue par la publication du livre de Kracauer. De là, on peut supposer que certains critiques (Lotte Eisner, par exemple) ont souhaité, sans toujours l'attaquer frontalement, remettre en
cause la vision de Kracauer et à proposer, en permanence, une autre lecture du cinéma allemand des années 1920.


Après, le problème vient du fait que le propos de Kracauer (il faut cependant remarquer que le titre de l'ouvrage est ouvertement polémique) a été outrancièrement simplifié, certains comprenant
(ou voulant comprendre) qu'il démontrait que le cinéma de Weimar était prénazi. Le débat s'est partiellement orienté sur cette base. On pouvait alors résumer Nosferatu à l'histoire d'un
agent étranger (en plus pourvu d'appendices crochus...) venant pervertir le sang allemand. Bien sûr, il était alors assez facile de démontrer que présenter Murnau et Mayer comme des racistes
patentés ne tenait pas debout.


Et on revenait à une autre question (une sorte de contrethèse, si je puis dire) : comment une société artistiquement aussi éclairée que l'Allemagne - en particulier par son cinéma qui avait
intégré un mouvement expressionniste qui, notamment par la peinture (l'exposition d'art dégénéré...), était plutôt d'inspiration pacifiste - avait-elle pu sombrer dans le nazisme ? En quelque
sorte, l'art n'aurait rien exprimé des tensions de la société. C'est le mérite de Kracauer de montrer que tel n'est pas le cas mais j'ai peur que, avec la caricature de ses écrits, le débat
historiographique sur ceux-ci soit assez décevant.

Benjamin 11/12/2011 18:14


Sais-tu, Antoine, quelles critiques a rencontré Kracauer en dehors de Barry Salt et de l'article qu'il a fait paraître en 1979 ("From Caligari to who ?") ?

Antoine 29/07/2011 12:38



Bah, il faut bien me lire. Je n'ai jamais écrit qu'il avait tué sa première femme. J'ai dit qu'on ne savait pas grand-chose sur cette affaire trouble. Cf note de bas de page n°4. Donc, mes
sources sont à peu près les mêmes. Je voulais juste rappeler que la possible culpabilité de Lang participait de sa légende noire.



CHRISTOPHE LEFEVRE 29/07/2011 12:26



Voilà une accusation un peu rapidement portée. Je parle du meurtre de la première femme de Lang. Si mes souvenirs sont exacts, la responsabilité réelle du cinéaste n'a jamais été formellement
démontrée. Le doute demeure, même si les présomptions sont fortes. Voilà, au sujet de ces faits, ce que l'on peut lire sur le site de TCM, au sujet de F Lang et la loi "


Le 25 septembre 1920, la première épouse de Fritz Lang est retrouvée morte, une balle dans la poitrine. Le procès-verbal fait
état d’un suicide. Elle aurait surpris le cinéaste en pleine étreinte avec sa maîtresse, Thea Von Harbou, qui allait écrire par la suite les dix films que Lang tournerait en Allemagne jusqu’à son
départ en 1933. Tragique incident ou meurtre déguisé ? À l’époque, les rumeurs vont bon train et le jeune viennois voit du jour au lendemain certains de ses collaborateurs l’abandonner,
comme s’ils l’avaient déjà jugé sans connaître la nature exacte des faits. Sans verser dans la psychanalyse (que Lang allait pourtant aborder dans certains de ses films), on peut prétendre qu’un
tel événement marqua à jamais le réalisateur de Metropolis, qui allait traiter des problèmes de la culpabilité, de l’ambiguïté de la nature humaine et de la justice. D’ailleurs,
craignant, comme certains de ses héros, d’être accusé à tort, il prit toujours soin à la suite de ce drame de noter ses faits et gestes, histoire d’avoir toujours un alibi sur lui. Car dans la
société langienne, nul ne peut échapper à la vindicte populaire." Dans le livret accompgnant La femme au portrait, édition Wild Side, la version est la même... Donc, qu'elle est ta source à ce
sujet ?



.obbar-follow-overlay {display: none;}