Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cloud Atlas

22 Mars 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Un bon film d'aventures, c'est finalement assez rare pour être souligné. Avec rigueur et savoir-faire, les trois réalisateurs de ce gros film de trois heures ont su proposer un spectacle à la fois classique et innovant.

 

cloud_atlas.jpg

Ben Wishaw

 

Le propos de Cloud Atlas est inattaquable : l'homme doit se soulever contre toute forme d'oppression. Il est également sans intérêt. Nous n'avons pas vu dans le blockbuster de réflexion philosophique passionnante (peut-être est-ce dû à notre inculture dans ce domaine et notre hermétisme à Nietzsche auquel il semble, avons-nous lu, être fait référence). Et nous ne donnions pas cher de la peau des Wachowski, au creux de la vague, à l'instar d'une partie de leur casting (Tom Hanks, Halle Berry, Hugh Grant), qui ont perdu ces derniers temps de leur valeur commerciale. Le film semblait se donner de grands airs et paraissait déjà dépassé avant d'être sorti. Toutefois le spectacle est de grande qualité.

La grande force du film tient d’abord à sa grande fluidité. Entremêlant six histoires et six époques, le métrage ne perd non seulement jamais son rythme mais fait de ce montage un véritable attrait. Ainsi, la sensation de tourbillon est parfaitement rendue et le spectateur ne perd jamais l'intérêt pour cet entrelacs d'histoires y compris pour les segments plus faibles, notamment celui de 1972 surtout porté par le charme évident de Halle Berry en intrépide reporter. Aussi, si nous ne pouvons nous empêcher de distinguer les parties des autres (notre préférée étant celle du jeune compositeur homosexuel et dépressif – Ben Whishaw), l'ensemble conserve une grande cohérence. Nous arrivons même à pardonner le trop grand manque de clarté de certains passages (ainsi la solution trouvée par l’Halle Berry post-apocalypse pour sauver les siens[1]…). Mieux, c'est ici la science du récit qui constitue les cascades les plus spectaculaires[2]. L'aspect ‘‘six films en un’’ n'est jamais difficile à digérer et Cloud Atlas, à l'instar d' Holy Motors (Leos Carax, 2012), se veut une traversée dans les genres du cinéma : on retiendra par exemple que, loin de l'expérimentation colorée de Speed Racer (2008), les décors sont toujours identifiables au style de film fixant ainsi d'utiles repères. Enfin, le charme du film tient à un casting solide (Tom Hanks, Ben Whishaw, Jim Sturgess…) qui, comme chez Carax, ne cesse de se grimer pour interpréter de multiples rôles. Charmant.

 

nolan

 

Note de nolan : 2

 

Cloud Atlas (Andy et Lana Wachowski, Tom Tykwer, 2012)

 

[1]    D'ailleurs si quelqu'un peut expliquer ce qui se passe avec l'antenne satellite qui sauve le monde, nous sommes preneur.

[2]    Rassurez-vous, la deuxième partie du film n'est pas avare en scènes de combats et courses-poursuites. 

Partager cet article

Commenter cet article

windows outlook help 27/06/2014 13:40

I saw cloud atlas recently and it is indeed a very good adventure film. I think the film could have made much better, as a lot of parts are missing from the real story in the novel. Thanks for sharing.

nolan 30/06/2014 15:48

Il dure déjà trois heures donc bon, un moment il faut couper non ?

Benjamin 22/03/2013 12:29


Un ami écrivait grand bien du livre dont il s'inspire (notamment en raison de la réflexion suscitée). J'avoue être rebuté par le casting. Maintenant si c'est juste beau et rythmé...


 


Je mets la critique de l'ami en lien sur mon nom.

nolan 24/03/2013 20:05



Je vais aller lire ça. Moi je n'y ai pas vu de réflexion vraiment intéressante mais le film est agréable à suivre. 



.obbar-follow-overlay {display: none;}