Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dernier étage gauche gauche

1 Décembre 2010 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Le film de Angelo Cianci raconte l’histoire d’une prise d’otage d’un huissier de justice (Hippolyte Girardot) dans un appartement HLM au sein d’une cité « à problèmes » par un jeune (Aymen Saïdi) issu de l’immigration qui fait la mule pour un dealer, et son père (Fellag) chômeur au trouble passé. Lourd et consensuel.

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Article paru sur

InterlignageLogo

 

 

 

 

Le long métrage opte pour les séquences et les discours démonstratifs et prône le consensus mou en renvoyant avec une grande maladresse les protagonistes dos-à-dos pour se terminer sur une scène d’insurrection complètement incongrue tant l’absence d’insolence et de folie n’ont pas parcouru une seule seconde les séquences précédentes. Pire, le film est une comédie mais les situations sont tellement mal amenées qu’il est difficile de sourire. L’interprétation et la réalisation restent globalement très en dessous de la moyenne.

Et comme le cinéaste ne nous épargne rien, il convient sans doute de faire la même chose et de faire un bilan sur les propos du long-métrage (ne serait-ce que pour que la critique dépasse l’entrefilet) :

 

DEGGHippolyte Girardot

 

Y-a-t-il un gag réussi ? Oui, il y a bien ce préfet (Michel Vuillermoz) qui se demande si la prise d’otage n’est pas due au fait que le jeune s’est vu refuser une subvention pour produire son album de rap.

Les huissiers ont-ils un cœur ? Oui, malgré la haute improbabilité de l’hypothèse, le film –  provocateur ! – nous fait voir que les huissiers sont des êtres humains et qu’ils souffrent. Mais la démonstration paraît tellement peu convaincante qu’on se demande si l’auteur ne pense pas qu’ils sont tous des enculés.

Les jeunes de banlieue peuvent-ils arrêter de dire des gros mots comme « bâtards » ou « fils de pute » lorsqu’ils s’adressent à quelqu’un ? Oui et la solution se trouve dans le dialogue. Enfin, d’après le film, la solution se trouve surtout dans une belle leçon de morale à la Julie Lescaut.

Les immigrés déracinés ont-ils tous un passé de terroriste et/ou un statut de réfugié politique ? Le déracinement, c’est un beau thème, il faut donc l’évoquer (mais ne pas le traiter) pour donner une épaisseur psychologique. Donc le mec, ce serait un barbare kabyle mais en fait il aurait aussi le cœur pur. Voilà.

La presse et les médias déforment-ils tout pour que nous votions Nicolas Sarkozy ? A la grande surprise du spectateur, le réalisateur n’hésite pas à aborder frontalement un sujet brûlant : les médias travestissent la vérité en coupant et en ne gardant que des bouts d’interviews sortis de leur contexte. Cette révélation choc et inédite devrait sans doute valoir au film une immense polémique chez les spectateurs de moins de 7 ans.

Est-ce que les services de l’Etat auraient tendance à penser qu’un arabe va forcément mieux s’entendre avec un arabe qu’avec un blanc ? Oui, le film, qui donc on l’a compris n’a pas peur de dénoncer, montre que : 1) Le Préfet préfère un négociateur maghrébin ; 2) il existe chez les arabes des différences comme il y en a entre un Français et un Allemand.

Les flics sont-ils tous des bœufs ? Non, comme partout il y en a des biens mais ils sont au bas de l’échelle et ce sont des femmes parce qu’il fallait bien mettre quelques rôles féminins.

Rien de tel qu’huis-clos pour une étude sociale ? Sans doute mais tout est dans la manière et le propos. Ici, on conseillera au spectateur de passer son chemin.

 

nolan

 

Note de nolan : 0

 

Dernier étage gauche gauche (Angelo Cianci, 2010)

Partager cet article

Commenter cet article

nolan 07/12/2010 12:04



@ dasola,


Tout à fait. Disons que l'idée de faire un huis clos pour une étude sociale, l'idée est judicieuse mais n'est pas neuve mais c'est ultra mal fait en l'espèce.



nolan 07/12/2010 12:05



@ dasola


Et bonne journée à vous également



dasola 07/12/2010 11:31



Bonjour Nolan, sans mettre 0, j'ai été très déçue par le film pas très bien joué, ni réalisé. Ce n'est pas facile dans un lieu clos et étroit. Le jeune "beur" surjoue (il est fatiguant), Fellag a
l'air de se demander ce qu'il fait là, H. Girardot aussi. L'histoire tourne en rond. Bonne journée.



mrxanadu 04/12/2010 10:28



Pas du tout d'accord avec vous. J'ai vu ce film très attachant. Il a certes pas mal de défauts c'est sûr (je trouve que même si la fin est belle, elle est trop abrupte par exemple) en revanche je
ne vois pas comment vous pouvez dire qu'il est lourd (alors qu'au contraire c'est un film très subtil sur le langage) ni consensuel (il est très impolitiquement correct sur la langue de bois des
administratifs, sur le slang des racailles, sur les père démissionnaires…) Bref, revoyez le film avec les yeux et les oreilles ouvertes cette fois ci !



nolan 04/12/2010 11:20



Mr Xanadu,


Merci de cette réaction.


Je ne pense pas que je reverrai ce film parce que je dois bien faire des choix et je préfère prendre le risque de me tromper que de trouver la confirmation de ce que j'ai écrit dans ma note.


Néanmoins, je dois répondre sur certains points de votre commentaire. Sur le langage, je conviens que le réalisateur oppose le père, le fils et l'huissier dans leur façon de s'exprimer, c'est un
effort sans doute louable, mais il n'en fait pas grand chose (à part une ou deux leçons de morale que Navarro - Roger Hannin - n'aurait pas renié). Déjà, dans L'Esquive de Kechiche
(2005), je trouvais cela un peu lourd, enfin trop appuyé pour utiliser un autre mot, mais c'était mille fois mieux que DEGG


Quant au consensus, si j'ai écrit cela, c'est que le film reprend des propos déjà vus et entendus - avec une réussite diverse - dans les films produits par Luc Besson (la série des Taxi)
ou réalisés par Cédric Klaspich, Coline Serreau et Abdelatif Kechiche. Sauf erreur de ma part, les sketches sont innombrables sur la langue de bois des administratifs, le langage des képis, des
casquettes et autres couvre-chefs distinctifs de son rang social. Cianci ne fait que reprendre sans brio tout cela et la maladresse de sa réalisation a fini par m'agacer. Agacement que j'ai du
retranscrire dans ma note, mais au vu de l'énorme influence de ce blog et de la bonne réception de la critique papier, il ne m'en sera sans doute pas tenu rigueur.



.obbar-follow-overlay {display: none;}