Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En partance – Essai d’une filmothèque idéale 2/10

19 Juillet 2010 , Rédigé par Ran Publié dans #Tops

Deuxième volet de cette filmothèque idéale qui prend la direction des Etats-Unis et, plus précisément, de son cœur cinématographique : Hollywood. Celui de l’âge d’or – c’est-à-dire du milieu des années 1930 à la fin des années 1950 – par lequel une telle entreprise se devait de faire un petit détour.

 

II] Hollywood – Age d’or[1] 

 

L'Impossible monsieur Bébé

L’Impossible Monsieur Bébé

(Howard Hawks, 1938)

 

 

Rendez-vous

Rendez-vous

(Ernst Lubitsch, 1939)

 

 

La Griffe du passé

La Griffe du passé

(Jacques Tourneur, 1947)

 

 

Winchester 73

Winchester 73

(Anthony Mann, 1950)

 

 

Mark Dixon, détective

Mark Dixon, détective 

(Otto Preminger, 1950)

 

 

Boulevard du crépuscule

Boulevard du crépuscule

(Billy Wilder, 1950)

 

 

L'Affaire Cicéron

L’Affaire Cicéron

(Joseph L. Mankiewicz, 1951)

 

 

Traquenard

Traquenard

(Nicholas Ray, 1958)

 

 

La Soif du mal

La Soif du mal 

(Orson Welles, 1959)

 

 

La Mort aux trousses

La Mort aux trousses

(Alfred Hitchcock, 1959)

 

Précédent : Muet

Suivant : Nouvel Hollywood


[1] Voir le cinquième texte de mon « histoire et théorie générale du cinéma » et les trois textes de " A travers l’âge d’or hollywoodien ".

Partager cet article

Commenter cet article

visit 05/09/2014 14:30

Test of a 10.2 ideal film library is a collection of some of the best and classic movies of all times. Happy to read the share here and the posters of the different movie clips are so entertaining.

Ran 21/07/2010 18:49



Merci. Ah sur cet âge d'or, j'ai beaucoup écrit et il était difficile de ne pas y trouver dix bons films (mais cela l'était plus de s'arrêter à dix...).


Quant aux Preminger qui passent à Paris, c'est une bonne nouvelle car j'aime beaucoup ce réalisateur - même si jamais encore je ne lui ai consacré de texte spécifique - qui fut, entre autres,
l'un des grands maîtres du film noir. Malheureusement, je ne suis que trop occasionnellement Parisien pour avoir une grande chance d'aller voir ses films sur grand écran. Enfin, je ne vais pas
tarder à retrouver Dana Andrews, via mon écran télé, dans L'Invraisemblable Vérité (de mon grand héros Fritz Lang). C'est toujours ça de pris.



FredMJG/Frederique 21/07/2010 09:16



Rââââââh ! Dana Andrews ! Pour les petits parisiens, le reflet médicis projette pour les vacances quelques excellents Preminger dont le fameux Mark Dixon.


Accessoirement, oui, l'âge porte bien son nom ^^



.obbar-follow-overlay {display: none;}