Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En partance – Essai d’une filmothèque idéale 7/10

23 Août 2010 , Rédigé par Antoine Rensonnet Publié dans #Tops

Après les Etats-Unis et l’Europe, cette filmothèque idéale poursuit son voyage à travers le monde et rejoint l’Asie. Et si cette septième liste compte de nombreux films japonais, elle s’ouvre par la suite à des cinémas d’autres pays pour prendre en compte le fait que le continent asiatique est l’un des nouveaux centres de notre art.

 

 

VII] Asie 

 

Chien enragé

Chien enragé

(Akira Kurosawa, 1949)

 

 

La Vie d'O'Haru, femme galante

La Vie d’O’Haru, femme galante

(Kenji Mizoguchi, 1952)

 

 

Le Château de l'araignée

Le Château de l’Araignée

(Akira Kurosawa, 1957)

 

 

Dodes'kaden

Dodes’kaden

(Akira Kurosawa, 1970)

 

 

Sonatine, mélodie mortelle

Sonatine, mélodie mortelle 

(Takeshi Kitano, 1993)

 

 

Le Vent nous emportera

Le Vent nous emportera

(Abbas Kiarostami, 1999)

 

 

In the mood for love

In the Mood for love

(Wong Kar Wai, 2000)

 

 

Millenium Mambo

Millenium Mambo

(Hou Hsiao Hsien, 2001)

 

 

Three Times

Three Times

(Hou Hsiao Hsien, 2005)

 

 

Still Life

Still Life 

(Jia Zhang Ke, 2006)

Précédent : Europe

Suivant : Madeleines

Partager cet article

Commenter cet article

Ferenc Rakoczy 12/07/2015 10:45

Le plus beau film de Hou Hsiao Hsien, mais personne n'en parle jamais et il est quasi introuvable, hormis sur le Net dans une version chinoise non sous-titrée: Un été chez grand-père. Une succession de moments justes, poétiques et où l'émotion est totale.

Antoine 17/07/2015 22:40

Effectivement, je ne le connais pas...

Ran 23/08/2010 16:17



C'est vrai ça, il ne faut pas trop avoir de points d'accord. En même temps, c'est bien le problème des "cinéphiles" (je mets des guillemets parce que je déteste me ranger dans une catégorie) :
tous considèrent que Citizen Kane est nettement supérieur à Mon curé chez les nudistes (malgré Paul Préboist). On se demande vraiment pourquoi. Je crois que nous sommes
formatés. C'est deséspérant (et écrivant cela, il s'en alla faire la sieste - muni d'un opuscule sur Fritz Lang - pour oublier...).



FredMJG/Frederique 23/08/2010 16:00



Nous sommes déjà épouvantablement compatibles, trop, nous verserions dans l'hallucination collective...


Abbas, j'ai tant aimé le goût de la cerise qu'après, bah !



Ran 23/08/2010 15:26



Je savais bien que j'allais me faire taper dessus un jour (et la semaine prochaine, ça risque de recommencer vu ce qu'il y aura...).


Je dois humblement avouer que je ne suis pas un immense (c'est peu dire...) spécialiste du cinéma asiatique (sauf Kurosawa que je connais assez bien). Aussi Fukasaku et Suzuki, ce ne sont un peu
pour moi que des noms (je connais un peu mieux Oshima).Mea Culpa. Mais je ne pouvais quand même pas ne pas faire un détour par ce continent dans une filmothèque idéale et ne pas citer
Kurosawa, Mizoguchi, Hou Hsiao Hsien et... Wong Kar Wai.


Pour ce qui est de Wong Kar Wai d'ailleurs, je crois que c'est un point sur lequel nous ne trouverons pas de conciliation (faut bien avoir des désaccords, non ? Sinon, ce serait pas très
rigolo...). Quant à Kiarostami, tu exagères, on peut facilement tenir quinze, vingt minutes (voire le film entier comme dans mon cas).



FredMJG/Frederique 23/08/2010 13:46



je ne suis pas fascinée par In the mood (un film de directeur de la photo que de réal) je dois avouer que je préférais la première partie de la carrière du sieur Wong et bon, Abbas, euh, cinq
minutes et c'est bon...


Mais j'aime beaucoup le reste... même si 10 films asiatiques, c'est peu finalement. Pas un Fukasaku, Suzuki, Oshima ? grrrrrr



.obbar-follow-overlay {display: none;}