Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fantasmes et amours perdus : 2046, le fantasme du temps (4)

24 Novembre 2009 , Rédigé par Ran Publié dans #Fantasmes et amours perdus

Parti se perdre dans les tripots de Singapour après le départ de Su Li Zhen, Chow Mo Wan rencontrera une femme, une autre Su Li Zhen. Elle lui fera comprendre qu’une part de lui-même est désormais inaccessible aux autres.
 

Fantasmes et amours perdus

I - Zabriskie Point : le fantasme du moment (1) et (2)

II - 2046 : le fantasme du temps

 

c) Su Li Zhen : « J’ai dans les bottes des montagnes de questions où subsiste encore ton écho »


d) Bai Ling: « L’amour physique est sans issue »
 

e) Wang Jin Wen : « Une petite antipathie physique » ?

 

f) L’autre Su Li Zhen : L’impossibilité du double

 

La seconde Su Li Zhen (Gong Li)

 

« Et la force d’un amour est toujours faussement mesurée quand on ne l’apprécie que d’après ce qui en fait l’objet et non pas d’après la tension psychique qui le précède – d’après cet intervalle vide et sombre, fait de déception et de solitude, que l’on constate dans tous les grands événements du cœur. (…) »

Stefan Zweig (in Brûlant secret)

 

Si cette – nouvelle – citation de Stefan Zweig ouvre cet avant-dernier texte sur 2046 (Wong Kar Wai, 2004), c’est que la relation entre Chow Mo Wan (Tony Leung) et l’autre Su Li Zhen (Gong Li) se place immédiatement après – dans le réel diégétique – celle que le héros a entretenue avec la première Su Li Zhen (Maggie Cheung) et surtout en est directement dépendante. Dans le film, pourtant, si elle est esquissée dès l’amorce, elle ne sera développée que plus tardivement, quasiment à la fin de 2046. Et ce, comme si, d’une certaine manière, c’était elle qui livrait le plus de clefs sur Chow Mo Wan. Déjà, elle nous montre comment celui-ci, détruit par le départ de la première Su Li Zhen, est entré dans cet univers de la nuit et a changé, semble-t-il, de personnalité ou du moins de comportement social. Après sa rupture, donc, le héros a cherché un univers complètement différent et a cru le trouver dans les tripots de Singapour, loin donc des conventions de son monde précédent de Hong Kong. Perdant visiblement énormément d’argent, la seconde Su Li Zhen l’a sauvé d’une vie de déchéance en lui offrant – pour des raisons qui resteront obscures comme l’est, de façon générale, ce personnage – un contrat très avantageux pour Chow Mo Wan[1] mais qui impose au héros de quitter, quand celui-ci aura atteint son terme, Singapour. Et effectivement, ayant retrouvé son argent grâce à cette nouvelle Su Li Zhen, Chow Mo Wan regagne Hong Kong. Ainsi a-t-il donc compris que d’ailleurs, il ne saurait y avoir. Il a également renoncé au monde du jeu – pour lequel il ne semblait guère doué – et retrouve une certaine stabilité grâce à son emploi de journaliste. Néanmoins, Chow Mo Wan a bel et bien définitivement renoncé à son existence si parfaitement organisée de l’avant-Su Li Zhen et il continuera, on l’a vu, de vivre une vie de semi-débauche dans la nuit de Hong Kong. Sa rencontre avec la seconde Su Li Zhen  l’aura donc sauvée mais, paradoxalement, lui aura – définitivement – prouvée qu’il était perdu (ou mort) notamment pour une vraie relation amoureuse.

 

La première Su Li Zhen (Maggie Cheung) et la seconde

 

Et cette relation, quelle est-elle ? On peut certes la situer quelque part entre celles qu’il connaîtra avec Bai Ling (Zhang Ziyi) et Wang Jin Wen (Faye Wong). Mais, elle est – une nouvelle fois – d’une nature totalement différente. Ainsi, à l’inverse de ce qu’il vivra avec Bai Ling, Chow Mo Wan ne couche pas avec la seconde Su Li Zhen. Cela tendrait donc à rapprocher cette relation de celle qu’il aura avec Wan Jin Wen mais, avec la seconde Su Li Zhen, le problème amoureux est clairement posé et les deux héros connaissent tout de même un moment de passion amoureuse – magnifiquement mis en scène par Wong Kar Wai – sous la forme d’un baiser unique mais passionné qui signera d’ailleurs la douloureuse fin de leur relation[2]. C’est à la fois peu et beaucoup mais ce moment – qui, peut-être, est le seul qui échappe à la fermeture du temps qui marque tout le film – montre que cette relation se place sous le signe de la réciprocité[3] ce qui, in fine, la distingue complètement des relations de Chow Mo Wan avec Bai Ling et Wang Jin Wen.  Chow Mo Wan et la seconde Su Li Zhen, en effet, se ressemblent par leurs rêves et leurs fantasmes brisés[4] et surtout, on sait que ni l’un, ni l’autre ne pourront échapper à leur passé[5] – comme le reste de 2046 ne cesse de nous le prouver dans le cas de Chow Mo Wan. Ainsi, la seconde Su Li Zhen est tout autant un double de la première que de Chow Mo Wan lui-même. Toutefois, dans cette relation marquée par la réciprocité, la seconde Su Li Zhen semble maîtresse du jeu[6] et posséder un temps d’avance sur Chow Mo Wan. Aussi lui dicte-t-elle sa conduite le forçant, d’une part, à quitter Singapour et refusant, d’autre part, de partir avec lui.

 

La seconde Su Li Zhen

 

C’est que cette autre Su Li Zhen dispose de deux avantages décisifs sur Chow Mo Wan qui permettent à celle-ci d’anticiper sur l’avenir de leur relation et expliquent l’échec de celle-ci. D’une part, ce qui l’a brisé est – sans doute – plus ancien et elle sait déjà que jamais elle ne pourra échapper à son passé. D’autre part, Chow Mo Wan, au détour d’une conversation, lui a révélé son propre passé ce qu’elle s’est bien gardée de faire malgré les demandes de celui-ci. Elle connaît l’histoire du grand amour de Chow Mo Wan et sait donc qu’il ne pourra plus véritablement aimer à nouveau. Aussi préfère-t-elle, bien qu’elle semble habitée d’une infinie tristesse, laisser repartir cet homme – qui, selon son expression, est le seul à s’être montré si « gentil » avec elle – vers Hong Kong. Elle a tout de suite, à l’inverse de Chow Mo Wan[7], compris qu’il ne faisait que chercher à travers elle la première Su Li Zhen et ne peut logiquement s’en contenter[8]. Elle ne peut, ni ne veut, être un double. Et, Chow Mo Wan fait ainsi l’amère expérience qu’il ne rencontrera pas de nouveau grand amour. Pourtant, cette autre Su Li Zhen sera sans doute celle qui lui aura le plus rappelé les souvenirs et les sentiments entretenus pour la première Su Li Zhen. Et cette relation avortée constituera-t-elle, beaucoup plus que celles avec Bai Ling et même avec Wang Jin Wen, un regret important. Ainsi, apprendra-t-on que Chow Mo Wan – bien des années après – était réparti, un soir de réveillon de Noël[9] à Singapour dans l’espoir – forcément déçu – de retrouver la seconde Su Li Zhen ce qui montre bien la force des sentiments qui l’attachaient à celle-ci.

 

La seconde Su Li Zhen

 

 Mais cette rencontre aura donc surtout montré au héros que tout nouvel amour lui était désormais interdit mais aussi que s’enfermer dans la vie nocturne – que ce soit à Singapour, Hong Kong ou ailleurs – était une impasse. Une partie de lui – en tant qu’être social – est donc bel et bien morte ou plutôt ne vit plus qu’en lui et devra rester inaccessible – du moins, directement[10] – aux autres. Cet espace intérieur – l’équivalent de la main gantée de la seconde Su Li Zhen – est désormais une nécessité pour Chow Mo Wan. Il lui faudra d’autres aventures – notamment celle, décisive, avec Wang Jin Wen – pour enfin le formaliser. Mais, dès la fin de sa relation avec la seconde Su Li Zhen, réussir à créer un univers dans lequel il peut se réfugier – et ce notamment pour continuer à mener une vie dans le vrai monde – est pour Chow Mo Wan une nécessité. Ainsi, le monde de 2046[11] – qui, dans la (relativement) complexe structure narrative de 2046, est exposé avant le détail de sa relation avec l’autre Su Li Zhen – est-il en germe dès sa rencontre avec la seconde Su Li Zhen. La plongée dans celui-ci constitue le sommet esthétique et poétique – qui pourtant ne manque pas d’autres grands moments dans ces domaines – de 2046 puisque Wong Kar Wai réussit à représenter cet univers mental de Chow Mo Wan dans lequel temps et espace ont fusionné. Ce sera l’objet de mon dernier texte sur 2046.

 

Le monde de 2046

 

Ran

Vers En/dans 2046


2046 (2004), de Wong Kar Wai


[1] Elle lui propose de jouer à sa place jusqu’à ce que Chow Mo Wan rentre dans ses fonds se contentant d’une commission – que le héros juge « ridicule » – de 10% sur ses gains.

[2] Il mérite tout à fait de s’intégrer au panthéon des grands baisers du cinéma.

[3] Elle est donc sans doute la seule à être réellement amoureuse.

[4] Même si, encore une fois, on ne connaît pas le passé de la seconde Su Li Zhen qui, comme le dit Chow Mo Wan, est « à l’image de sa main gantée » et reste donc un mystère.

[5] Pour reprendre cette formule que Chow Mo Wan adresse à la seconde Su Li Zhen en disant qu’elle aurait pu s’appliquer à lui-même.

[6] Ce qui est notamment est exprimé par cette belle idée du jeu de cartes, la seconde Su Li Zhen – joueuse professionnelle – invitant Chow Mo Wan à jouer pour savoir si elle viendra à Hong Kong avec lui. Mais, Chow Mo Wan n’avait aucune chance de gagner…

[7] Mais il s’en rendra compte plus tard.

[8] Car, répétons-le, autant que de la première Su Li Zhen, cette Su Li Zhen est un double de Chow Mo Wan. Et les deux sont ainsi épris d’une certaine forme d’absolu qu’ils ne sauraient trouver l’un chez l’autre.

[9] Alors que Bai Ling le cherchait à Hong Kong.

[10] Puisque, en fin de compte, il le fera connaître à travers des écrits publiés.

[11] Je parle là de l’espace mental – de protection – de Chow Mo Wan au sens large. Le monde de 2046 – comme je l’appelle – fait , en soi, plus directement référence à sa relation ratée avec Wang Jin Wen et revient, bien sûr, mais de manière plus indirecte, sur celle avec la première Su Li Zhen.

Partager cet article

Commenter cet article

visit here 30/09/2014 14:05

The mode of transportation that we use nowadays is so advanced from the ones that we used a few years before. Now speed, space and traffic have been reduced with the usage of technology like metros and subways.

.obbar-follow-overlay {display: none;}