Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Funny People

2 Décembre 2009 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

George Simmons est un « stand-up comedian » ultra-populaire et qui a fait fortune en jouant dans de mauvaises comédies hollywoodiennes. En apprenant qu’il souffre d’une maladie dont il a peu de chances de guérir, c’est le spleen. Il se rend compte à quel point il est seul et a perdu l’inspiration de ses débuts.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Judd Apatow réalise sans doute un film très personnel en prenant comme cadre le monde artistique dans lequel il a évolué : le stand-up blanc voire juif[1]. « Je vais vous montrer l’envers du décor et ce n’est pas beau à voir », semble-t-il nous dire pendant une heure et demie. En effet, de la star au débutant, les humoristes se doivent de faire des compromis. L’un joue dans des grosses comédies américaines débiles, l’autre interprète un prof cool dans une sitcom atterrante quand le dernier, enfin, trahit son ami pour devenir le larbin du comique déprimé. Finalement, le cinéaste parle de personnalités qui font exactement le contraire d’Andy Kaufmann dans l’excellent Man on The Moon (Milos Forman, 1999). Pourquoi pas mais, malgré des acteurs bien dirigés, le film est très pesant. Le cinéaste nous impose des scènes sentimentales qui font pleurer… de rage ! Retrouvailles lacrymales entre la star et son ex-femme, chanson à la guitare sèche pour dire à quel point la star déteste son public et se hait lui-même, ralenti mal foutus... Tout évolue dans une lourdeur démonstrative gênante. Niveau comique, les vannes à base de name dropping et de taille de pénis ne font pas toujours mouche. C’est sans doute voulu mais ça n’allège en rien ce film de trois tonnes.

Et puis au bout d’une heure et demie, alors que je songeais à utiliser mon temps à autre chose, l’histoire se resserre sur quelques personnages, s’évade hors du monde du spectacle pour un passage plus vaudevillesque et moins film à thèse. Et force est de constater que c’est mieux. D’abord parce qu’Apatow est plus à l’aise pour parler d’une valeur morale très importante à ses yeux : la famille et son unité. Ensuite, parce son discours sur l’inadaptation de son héros au monde réel est mieux présenté et plus facile à digérer. Sur la dernière heure, le film commence, prend son temps et est assez drôle. Trop tard quand même.

 

Adam Sandler, qui ne va pas bien du tout

 

Funny People (2009) de Judd Apatow

 

Note de nolan : 1

 


[1] Je ne pense pas qu’il existe des catégories mais de nombreuses stars de stand-up apparaissent dans leur propre rôle exceptées celles de la communauté afro-américaine dont Spike Lee a tiré un film (The Original King of Comedy, 2000). Si jamais Spike Lee nous lit, je tiens à écrire qu’il s'agit d’une simple remarque, le film ne dit jamais que les juifs sont plus drôles que les noirs.

 

Partager cet article

Commenter cet article

.obbar-follow-overlay {display: none;}