Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hitchcock

24 Février 2013 , Rédigé par Antoine Rensonnet Publié dans #Critiques de films récents

Un film sur Alfred Hitchcock sans la moindre influence hitchcockienne ? Cela paraît difficile d’autant que l’auteur de Psychose est partout ou presque dans le cinéma contemporain. C’est cependant ce que réalise Sacha Gervasi. Seul problème, d’ailleurs évident, cela ne peut être que d’une insondable nullité.

 

 

H 1

Alfred Hitchcock (Anthony Hopkins)

 

Hitchcock est, malgré tout, un cas intéressant. Comment, en effet, aboutir à un produit d’une telle nullité avec un sujet pareil ? Certes, s’intéresser au tournage de Psychose (Alfred Hitchcock donc, 1960) n’est pas, a priori, du plus grand intérêt mais cela suppose, a minima, de connaître un peu l’œuvre de son réalisateur. Il semble pourtant évident que Sacha Gervasi, ses producteurs et tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à ce film navrant en ignorent tout. Au point qu’on ne criera même pas, devant ce qui s’apparente à un téléfilm très bas de gamme, à une quelconque trahison. D’Hitchcock, n’a, en définitive, été retenu que la grossière image d’Epinal : un cinéaste obèse, passionné par les crimes, obsédé par les blondes et ayant connu, notamment avec Psychose, de grands succès au box-office sans jamais être primé aux oscars. Reliés par un éprouvant et dérisoire délire ‘‘stéphanebernien’’ sur la relation entre Hitchcock (Anthony Hopkins) et sa dévouée épouse (Alma Reville – Helen Mirren), ces quelques anecdotiques éléments, pour certains fort discutables, devraient apparemment suffire à faire un film. Il est, on le comprend, très mal scénarisé et, par surcroît, à peine réalisé alors que le grotesque cabotinage d’Anthony Hopkins dans le rôle-titre est à la limite du supportable. On aimerait que l’ouverture et la fermeture, empruntées à la célèbre série Alfred Hitchcock Presents, symbolisent la médiocrité d’un long-métrage préférant s’inspirer de la commercialisation télévisée d’une marque qu’au génie de son créateur. Les prises ratées du plus mauvais des épisodes s’apparentant à un nirvana artistique à côté de ce qui nous est proposé, c’est impossible. Bref, cet Hitchcock est catastrophique.

 

 

H 2

Alma Reville (Helen Mirren) et Alfred Hitchcock

 

Antoine Rensonnet

 

Note d’Antoine Rensonnet : 0

 

Hitchcock (Sacha Gervasi, 2012)

Partager cet article

Commenter cet article

Antoine 27/02/2013 22:53


La nullité de ce film est quand même incroyable. Je ne sais pas et ne crois pas qu'il s'agisse d'un hommage mais cet Hitchcock est d'un soin hitchcockien pour que chaque détail tende à
ce point vers la faillite. Au point que le fort pâle Lincoln apparaîtrait presque acceptable.


 


Quant à imaginer un Hitchcock sobre, je ne sais pas. En fait, je crois que le point de départ d'un film sur Hitchcock, s'il doit absolument exister, devrait être de se dégager - au moins
partiellement et éventuellement en l'interrogeant - du personnage créé par le réalisateur. Soit tout le contraire de ce qui est fait ici. Mais, même en se fourvoyant dans cette voie, il y avait
moyen de faire bien mieux...

Tororo 26/02/2013 21:22


Que dire d'autre, face à pareil désastre?


Une remarque cependant: peut-on imaginer un acteur jouant le rôle d'Hitchcock sans cabotiner insupportablement? On n'y croirait pas.

Sylvain Métafiot 26/02/2013 01:03


Bien d'accord avec vous, Antoine.


Quand la psychologie de bazar et les tourments familiaux prennent éclipsent totalement la réflexion sur la création cinématographique d'un des plus grands réalisateurs.


Un "hommage" bien décevant.

.obbar-follow-overlay {display: none;}