Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Apollonide, Souvenirs de la maison close

27 Septembre 2011 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Visuellement splendide, le film de Bertrand Bonello s'avère un spectacle passionnant évitant tous les travers que son sujet pouvait apporter. Bien au contraire, ces souvenirs de la maison close inspirent au réalisateur un cinéma beau, complexe et fascinant.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Apollonide.jpg

Judith Lou Levy, Adèle Haenel et Jasmine Trinca

 

D’abord, L'Apollonide est un choc visuel. La photographie à tomber à la renverse mériterait l'Oscar du César de la Palme de l'Award 2011. Espérons que d'une part que Josée Deshaies l'obtiendra et d'autre part qu'elle s'en fout des récompenses, car son travail ne sera sans doute pas récompensé. Nous pourrions écrire la même chose sur les costumes, le filmage des corps féminins, du regard des hommes qui participent de la splendeur esthétique du film. Nous n'avons pas de mot assez juste pour retranscrire l'ambiance de la maison, voluptueuse, feutrée dans laquelle l'horreur surgit brutalement et l'amour se meurt dès qu'il semble naître. Eblouis dès la superbe introduction qui joue délicatement sur la temporalité, répétant une scène ici ou là, mélangeant songe et réalité, nous sommes restés ébahis par le tour de force du film : toucher une certaine forme de beauté dans un monde de laideur. La laideur, ici, prend la forme d'une bourgeoisie a priori essentiellement masculine mais qu'une orgie mondaine élargit à des femmes assez âgées. Nous remarquerons que Stanley Kubrick vient de trouver ici un cinéaste capable de tenir la dragée haute à la splendeur de la scène d'orgie d'Eyes Wide Shut (1999), œuvre qui figure parmi les inspirations du long métrage de Bertrand Bonello[1]. Bien sûr, rien ne manque à ce film : la musique (les morceaux de blues déchirants), le talent des actrices (Noémie Lvovski, en maquerelle, est une fois de plus excellente), … Pour faire la fine bouche, reconnaissons que nous n'avons pas compris les toutes dernières images sur le mode du « c'était mieux avant » présentant, photographie grisonnante et sale à la clé, la prostitution d'aujourd'hui. C'est justement ce que le film arrive à éviter : jamais de discours social martelé, de scène équivoque. Ce qui n'était pas évident lorsque l'on parle d'une forme d'esclavage raffiné. Ainsi, cela sera évité même lorsque l'une des filles, Samira (Hafsia Herzi) fond en larmes en lisant le rapport scientifique expliquant que les prostituées ont une tête moins pleine que les femmes normales. De plus Bonello ne brosse pas un portrait passéiste de la maison close durant le film. Ainsi, l'horreur qui surgit, de manière aussi courte qu'éprouvante, reste comme une blessure vive durant le métrage : la maison comme une prison, magnifique mais recluse, dans laquelle le Paradis des uns est l'Enfer des autres. Preuve que le huis-clos est réussi : la seule scène à l'extérieur (une partie de campagne) ne casse pas la fluidité de l'ensemble mais, au contraire, est splendide et s'intègre dans la cohérence du projet.

Un autre des films de l'année.

 

nolan

 

Note de nolan : 4

 

L'Apollonide, Souvenirs de la maison close (Bertrand Bonello, 2011)

 


[1] A ce propos, on pourra utilement se reporter aux textes d'Antoine sur la nature humaine, entre absolu et trivialité

Partager cet article

Commenter cet article

nolan 23/11/2011 13:22


Merci beaucoup Luocine, je vais aller lire votre article au plus vite.

luocine 23/11/2011 12:12


j'ai égalment beaucoup aimé ce film et bien aimé votre critique alors j'ai mis un lien vers votre article


Luocine

nolan 20/10/2011 10:39



Un fantasme final très lynchien alors ? pourquoi pas. Je n'y ai pas pensé mais l'idée est séduisante. M'enfin bon, je m'en tiens à mon commentaire plus haut, le fait qu'il s'agisse de la même
actrice sert surtout à mon sens à faire une comparaison. la prostituée de l'Appolonide = celle de l'autoroute. Du coup, ça m'embrouille un peu. Quoiqu'il en soit et pour tout le reste, ce film
reste un des grands de l'année et puis c'est tellement beau ...



Edouard 19/10/2011 16:04



En commentant chez le dr Orlof, je citais Bunuel, Fellini et Lynch, mais j'ai oublié, effectivement, Kubrick, autre référence évidente de Bonello. Tout cela paraît écrasant mais il s'en sort bien
et livre un film, comme tu l'écris, très cohérent.


Mais je mets plutôt mon grain de sel à propos de la dernière séquence. Mon interprétation personnelle est un peu tordue mais bon... Tout d'abord, il y a l'aspect "conclusion choc", qui nous
ramène à la réalité avant de sortir de la salle. Ensuite, disons que cela se tient par rapport au récit (la maison ferme, les filles vont se retrouver pour certaines dans la rue) et aussi par
rapport à une vérité historique. Mais je reconnais que l'on peut y voir un message et un "c'était mieux avant" (qui, soit dit en passant, réapparaît dans l'espace public à intervalles réguliers).
Or, à mon avis, le simple fait de faire intervenir, in extremis, l'actrice du film, annule l'effet de réel documentaire et la tentation du discours global. A ce moment-là, on est replacé dans la
fiction et le fantasme (car après tout, tout le film n'est peut-être que le rêve de cette pute d'aujourd'hui).



Antoine 08/10/2011 14:06



Ainsi, tu crois toutes ces jeunes et jolies femmes que tu entretiens quand elles t'affirment n'être là que pour ton corps et ta finesse intellectuelle et non pour profiter de ton immense fortune
familiale... Tu devrais te méfier quand même.


Sinon, c'est intéressant cet unhappy end avec décrochage visuel. Cela se pratique beaucoup pour le happy end mais dans le cas inverse...



.obbar-follow-overlay {display: none;}