Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Nom des gens

5 Décembre 2010 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Est-il possible de parler de la gauche française actuelle dans une comédie romantique ? Oui et le film de Michel Leclerc en est la preuve. Sa comédie amusante, pleine de jolies répliques et d’acteurs charmants pêche par une réalisation un peu trop sage et une multitude de thèmes inégalement traités.

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

LDNG.jpgSara Forestier et Jacques Gamblin

 

Sur le papier, cela ressemble à un mix de comédie romantique à la française sur fond de brassage culturel (les exemples ne manquent pas, le dernier étant Il reste du jambon – Anne de Petrini, 2010) et de truc social bien pensant rempli de valeurs apolitiques parce que ça vaut mieux quand on voit l’état de la France, y sont tous pourris de toute façon, ressers moi un ballon/bière/bang tu veux (Voir les zéros mis récemment sur ce blog qui n’en demandait pas tant).

Sauf que Michel Leclerc et sa scénariste de femme Baya Kasmi racontent un peu leur vie et tentent de dessiner à travers leurs personnages et leurs aventures le paysage de la gauche actuelle (la droite ne sert ici que de faire valoir ultra-comique). Ainsi, Arthur Martin (Jacques Gamblin) est-il un jospiniste convaincu, un peu coincé du derche, cultivé, mesuré et parfois dépassé par l’étrangeté du monde qui l’entoure. Il tombe amoureux de Bahia (Sarah Forestier agaçante juste ce qu’il faut), une gauchiste hyperactive résumant la droite de Bayrou à Marine le Pen à une bande de fachos et donnant une définition de « pute politique » très différente de celle que l’on a pu découvrir avec des personnages comme Dominique de Villepin ou Nicolas Sarkozy. En effet, elle couche avec les mecs de droite pour les transformer en altermondialistes convaincus. La grande réussite du film est d’avoir intégré l’image de la gauche (disparate, comme impossible à regrouper) pour en faire l’ingrédient d’une comédie romantique : le centre gauche et la gauche-gauche – je n’écris pas extrême gauche car Bahia vote toujours – ; peuvent-ils s’aimer ?

Ainsi, les dialogues piquants et situations drolatiques ne manquent pas quand la politique s’en mêle. Et l’énergie mal canalisée de Bahia, ses fougueux discours, ses actions coup de poing cul et la tête éberluée d’Arthur provoquent moult rires et sourires.

Cependant, la multitude de thèmes traités autour du devoir de mémoire (en vrac et selon les personnages : la Shoah, la guerre d’Algérie, la pédophilie) provoque un trop plein et donne lieu à quelques maladresses où l’émotion est un poil démonstrative. Ce qui tranche avec l’habilité du film dans son analyse politique tout en jouant avec les clichés. S’ajoute à cela une mise en scène un peu timide qui a tendance à compter sur les performances de ses acteurs.

Mais pour le bon moment passé, l’originalité du scénario, on conseillera d’aller le voir le film.

 

nolan

 

Note de nolan : 2

 

Le Nom des gens (Michel Leclerc, 2010)

Partager cet article

Commenter cet article

Ran 27/12/2010 16:22



C'est vrai que c'est beau aussi...



Yoye2000 27/12/2010 14:29



Franchement, pour ça comme pour le reste, est ce que la 'classe à la française', c'était pas mieux avant???


Jugez-en en:


'Femme pilote de long-courriers
Mais femme à la tour contrôlée,
Galonnée jusqu'au porte-jarretelles
Et au steward rouler des pelles.'






Ran 24/12/2010 17:52



Heureux de lire un peu de vraie poésie (et je ne parle pas de la finesse de l'analyse et de la justesse du message) en ces colonnes parfois austères !



nolan 24/12/2010 16:52



Je suis ravi de voir à quel point Michel déchaîne encore les passions. Voilà un homme qui se met à nu pour écrire l'une des plus belles chansons d'amour, qui se gauffre littéralement le cul pour
nous livrer sa vision de la société : avez-vous écouté Femmes 2010 ? Je vous livre ici un extrait de ce qu'on appelle "la classe à la française" : 


Quand a l’amour elles n’y pensent plus
Juste un amant qu’elle revoit plus
d’ailleurs c’est un acte manqué
quand leurs portables se mettent à vibrer
pour la nostalgie d’autrefois
faudrait du temps elles n’en ont pas
elles y reviendront évidemment
avec le premier cheveux blanc
quand tant d’années se sont écoulées
ont-elles perdu ce qu’elles ont gagné
Elles étaient femme en 80
et femmes jusqu’au bout des seins
Question salaire ca ne va pas mieux
Celui d’un homme coupé en deux
On les enfume de parité
mais qui promet l’égalité


Merci Michel...



Ran 24/12/2010 14:10



Eh oui, même qu'il explique qu'il avait les fesses comme des gaufres après. Bon, moi, je ne peux pas confirmer l'effet produit. Il faut demander à nolan.


Il a promis que ce serait sa seule autobiographie.


Sinon, le sujet initial, c'est Le Nom des gens, film que je n'ai pas vu et Sardou sans doute pas non plus puisqu'il n'aime pas le cinéma français et qu'en plus, il ne vote pas (sauf aux
municipales). Et dire qu'on dit parfois que cet homme est de droite... Les gens sont médisants.



.obbar-follow-overlay {display: none;}