Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lebanon

14 Février 2010 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Liban, 1982, un jeune tireur israélien passe sa première journée de vraie guerre dans un char. Il panique dès qu’il faut tirer sur des cibles humaines. Pendant ce temps les soldats du char ont des invités : un cadavre, un ennemi Syrien, un phalangiste. Un récit autobiographique, regard dans l’objectif à l’appui. 

 --------------------------------------------------------------


Le film enferme ses protagonistes et le spectateur dans un char d’assaut. Le seul regard extérieur sera la lunette de tir du char. Il se tiendra à cette restriction jusqu’à la fin. Cela permet de créer une atmosphère oppressante et poisseuse à souhait, l’ouverture du char se situant vers le haut, le caisson est inondé de lumière à chaque fois que quelqu’un entre.

Fort de son expérience personnelle, Samuel Maoz a décidé d’en montrer un maximum au spectateur et de le prendre à la gorge. Montrer ces jeunes soldats complètement perdus dans un conflit, dans la barbarie de la guerre. Très bien. Mais visiblement, le réalisateur a oublié que d’autres se sont déjà illustrés dans le genre et ne recule devant aucun effet démonstratif.

Pour bien faire comprendre au spectateur son discours pacifiste, les acteurs multiplient les regards face caméra ou face lunette de tir mais nous avions bien compris la métaphore du soldat-spectateur d’un spectacle qu’il ne contrôle pas.


lebanon
Au début du film, l’équipe est composée d’une troupe à pied et de quatre soldats dans un char. La radio grésille, une voiture survient à toute allure, hostile. Il faut tirer. Le jeune tireur constate le danger (les hommes sont armés et déterminés) mais il ne trouve pas le courage de tirer, d’ôter une vie. La troupe à pied les neutralise mais cela leur coûtera une vie. Peu de temps après, surgit une autre voiture. C’est un vieil homme qui transporte des poules, il fait signe de la main pour bien montrer qu’il n’y a pas de souci. Ordre de tirer. Le soldat, dans un tonnerre de cliquetis, de grésillements et de commandants qui hurlent, ferme les yeux et tire. A l’aide de sa lunette, il retrouve le vieil homme gisant par terre, il n’a plus de jambes plus de bras et crie « Paix ». Les soldats l’abattent. Puis regard caméra sur le visage du soldat atterré. C’est comme ça pendant une heure et demie et c’est pénible dès la première minute. En prenant, le spectateur pour un abruti, le film passe le message à grands coups de scènes tellement démonstratives qu’elles en deviennent irréelles. La palme revient à ce soldat phalangiste visiblement habitué aux rôles de méchants dans des films avec Chuck Norris. Surjouant le type assoiffé de sang, il en deviendrait presque drôle si le film ne ployait pas autant sous la prétention réaliste de son auteur.

Au cas où certains n’auraient pas encore compris l’absurdité de la guerre, le film se termine sur une fraternelle scène de pisse du prisonnier Syrien aidé par le héros. Ils se regardent dans les yeux et si la barrière de la langue ne l’empêchait pas, ils se diraient « Mais comment a-t-on pu en arriver là ». Le spectateur, surtout s’il a vu l’excellent Valse avec Bachir (Ari Folman, 2008) sur un thème similaire, pense aussi la même chose.

 



Note de nolan : 0


Lebanon
(Samuel Maoz, 2009) 
 

Partager cet article

Commenter cet article

nolan 15/02/2010 14:16


Votre critique m'avait échappée ! Et nous pointons les mêmes défauts !
Cependant, je n'avais pas noté la représentation positive des soldats du Tsahal.  Ce doit encore être un élément qui souligne encore à très gros traits que l'organisation (raser la ville,
utiliser des armes interdites) dépasse l'humain. Ca ne me poserait pas de problème (hormis la balourdise du film comme vous dites) s'il n'y avait pas cette présentation outrée du soldat phalangiste
en contrepoint. Mais je ne pense pas que Maoz justifie quoi que ce soit dans le comportement des soldats, je pense qu'il a seulement bien raté son film. De toute façon les effets démonstratifs
m'ont tellement énervé que je suis incapable de prendre un peu de recul.
Pour vous sentir encore moins seul, j'ai lu une critique peu enthousiaste chez Rob Gordon et dans les Inrocks par Kaganski.


Ed(isdead) 15/02/2010 12:15


Je suis heureux de trouver enfin une critique négative de Lebanon. Je me sens d'un seul coup moins seul...
Maoz ne dit absolument rien de neuf sur la guerre et de plus, il le dit avec une grande balourdise.

Voilà ce que j'avais écrit, après une avant-première :

http://nightswimming.hautetfort.com/archive/2009/11/13/lebanon.html#more


Zibeline 14/02/2010 18:19


Valse avec Bachir est en plus servi par une excellente bande originale, délicatement orchestrée, du concerto pour piano n°5 de Bach aux compositions originales de Max Richter (dont les
très jolies variations sur The Haunted Ocean), en passant par PiL et son bon vieux Johnny Lydon - ce qui ne gâche rien.


nolan 15/02/2010 10:08


Merci pour ces infos Zibeline.
Tout à fait d'accord avec vous sur la qualité de la BO de Valse avec Bachir et je vais aller découvrir PIL sur Spotify parce que je ne connaissais pas ce groupe !


.obbar-follow-overlay {display: none;}