Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lincoln

11 Février 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Cycle ‘‘films bavards’’ sur De son Coeur. Après Django Unchained , l'actualité cinématographique voit sortir trois films (Lincoln, Happiness Therapy et 7 Psychopathes) dans lesquels les dialogues revêtent une importance fondamentale. Ce, sans négliger la mise en scène. Première de ces trois œuvres, Lincoln est aussi la meilleure.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

lincoln-1.jpgDaniel Day-Lewis

 

La bande-annonce n'annonçait rien de bon et nous avions, pour éviter une déception, fait l'impasse sur le précédent opus de Steven Spielberg (Cheval de Guerre, 2012). Le réalisateur semblait tomber dans la guimauve humaniste et le discours pontifiant. Malgré tout le bien que nous pensons de l'auteur d'Indiana Jones (1981, 1984, 1989 et malheureusement 2008) et de Minority Report (2002), la méfiance était de mise.

La première bonne surprise vient de l'interprétation de Daniel Day Lewis, qui semblait si forcée dans les extraits et qui passe comme une lettre à la poste durant les deux heures et demi du métrage. Pour le reste, Spielberg présente certes des séquences héroïques ou solennelles (que ce soit la rencontre liminaire avec deux soldats noirs ou quelques tirades anti-esclavagistes) mais elles restent minoritaires et le film se concentre sur le mécanisme qui aboutira au vote du 13e amendement par les représentants d'une Amérique déchirée par la Guerre de Sécession et peu disposée à prendre fait et cause pour les Noirs. Aussi le film est-il une succession de scènes dans lesquelles la parole, les mots et la façon dont ils sont dits et utilisés permettent que s’entrechoquent morale, philosophie et stratégie. Libre au spectateur de ne retenir que la dernière qui impose rythme et rebondissements. Mais Spielberg cherche bien à donner une dimension supplémentaire que sa mise en scène, précise et jouant sur les ombres et les lumières, sert parfois admirablement. Surtout, il n'est pas question pour le cinéaste de déboulonner une icône de l'Histoire américaine. Si nous pénétrons dans l'intimité du personnage, Lincoln reste toujours filmé comme un génie. Mais un génie en proie aux doutes, sujet aux échecs et qui, bien sûr, prône le compromis moral et la (petite) corruption pour obtenir le résultat le plus juste. Cela ne fait que renforcer la stature de cet homme qui a tout compris, qui se révèle un formidable conteur, un mari et un père aimants. Il n'y a guère qu'avec son aîné (Joseph Gordon-Levitt) qu'il essuie quelques revers dans ce qui se révèle la partie la plus faible du film.

 

lincoln-2.jpgDaniel Day-Lewis

 

Lincoln est-il pour autant une œuvre à la gloire des Etats-Unis ? Sans doute pas. En figurant le caractère exceptionnel du Président qui doit se salir les mains pour le bien de la Nation, Spielberg dessine un portrait peu reluisant de son pays. Il évite toutefois le sermon même si les multiples affrontements entre le républicain férocement abolitionniste Thaddeus Stevens (Tommy Lee Jones) et la clique du démocrate raciste Georges Pendleton (Peter McRobbie) établissent une dichotomie bien nette rassurant le spectateur sur le point de vue du cinéaste.

Lincoln montre à quel point la démocratie demeure un système réellement imparfait : la majorité se fout de la fin de l'esclavage, une minorité revêche et solide vit sur le commerce des Noirs et le président profite des pleins pouvoirs que la Guerre lui a conféré pour imposer son point de vue. Le vote final est lui-même une véritable entorse aux principes mêmes du scrutin libre – on se délecte d’ailleurs des diverses manœuvres des trois agents à la solde de Seward (David Strathairn – le secrétaire d'Etat de Lincoln), Bilbo (James Spader), Latham (John Hawkes) et Schell (Tim Blake Nelson), qui donnent la légèreté nécessaire à un film aussi sérieux. Mais Lincoln ne cherche pas à remettre en cause la légitimité de ce régime qui, tout imparfait soit-il, est finalement plus juste que les autres. A l'image du film, tout se passe entre l'ombre et la lumière, entre les croquignolettes anecdotes et les négociations, entre les demi-mensonges et les arrangements (Lincoln joue la montre avec des missionnaires sudistes dans une très officieuse rencontre, Stevens apporte en public une nuance entre l'égalité entre Noirs et Blancs). Rien de nouveau sans doute, un peu didactique certainement, mais il nous a semblé que le spectacle proposé était suffisamment fin et si habilement mis en image pour qu'il dépasse les produits politiques et militants qui nous a été donné de voir, à l'exception notable du tout aussi réussi mais plus sec Exercice de l'Etat (Pierre Schöller, 2011).

 

nolan

 

Note de nolan : 3

Note d'Antoine : 1

 

Lincoln (Steven Spielberg, 2012)

Partager cet article

Commenter cet article

Sylvain Métafiot 26/02/2013 01:16


Désolé Nolan mais je suis également de l'avis d'Antoine pour ce film.


Filmé comme si l'on faisait reluire un buste avec des gants blancs. Lincoln méritait sans doute mieux.


http://www.mapausecafe.net/archive/2013/02/06/sans-prendre-de-gants.html

nolan 18/02/2013 09:56


@Antoine,


Comme je l'ai écrit, il n'est pas question de déboulonner le mythe et Lincoln est présenté et filmé comme un génie. Cela ne m'a pas posé de problème (le film ne s'appelle pas Hitler en
même temps). Est-ce qu'un Lincoln plus ambigu aurait été plus intéressant ? Je l'ignore. Le fait est qu'il soit présenté comme un super héros de la démocratie n'empêche pas à mon sens de proposer
un spectacle de bonne qualité. Sans doute parce Spielberg fait de beaux plans.


Quant aux scènes de vie politique, oui, c'est déjà vu et notamment à la télé dans des séries paraît-il de très bonne qualité (A la Maison Blanche et très récemment House of
Cards de David Fincher). Mais là encore, l'enjeu dont on connaît l'issue, est restitué de telle manière que je n'y ai quasiment jamais perdu d'intérêt. Les longues scènes de dialogues,
pourtant assez sentencieuses, ne m'ont pas paru pompeuses. Sans doute ces éléments constituent des limites pour proposer un très bon film (d'où le petit 3) mais ils n'ont pas pour autant plombé
le film.


En tout cas, c'est amusant de voir que ce je pressentais (à tort pour moi) dans la bande annonce est ce que tu as ressenti en visionnant le film.

Antoine 17/02/2013 22:27


La prosternation devant l'icône est tout de même épaisse. Quant aux coulisses du jeu politique, on les voit mises en scène assez régulièrement pour ne rien découvrir - cinématographiquement
parlant - de bien nouveau. Bon, on peut remarquer que l'articulation entre l'hagiographie monocentrée et le cambouis polycéphal des débats de la Chambre se fait avec une certaine souplesse.
Au-delà...

nolan 17/02/2013 22:01


@Flow et Antoine : je vous trouve bien dur avec ce film surtout sur sa mollesse/lenteur. Pour ma part, je ne suis pas ennuyé une seconde (à l'exception des scènes avec Gordon Levitt).

Antoine 17/02/2013 21:39


Non, décidément, ce Lincoln croule sous le poids de l'onction et de la révérence et la composition outrée de Daniel Day-Lewis ne me convainc guère. Un film sans vie aucune où même le jeu
politique semble mou.

.obbar-follow-overlay {display: none;}