Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les palmes selon Ran

1 Juin 2010 , Rédigé par Ran Publié dans #Tops

Vu chez Nightswimming, l’idée (initiée sur Filmosphère) de choisir sa palme d’or du festival de Cannes. Voilà qui est intéressant – plus, en tout cas, que composer son équipe de France de football idéale – mais mes connaissances étant ce qu’elles sont, je préfère me limiter aux seules dix dernières années.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

L’exercice étant, a priori, séduisant et la meilleure façon de résister à la tentation restant, selon l’excellent aphorisme d’Oscar Wilde, d’y succomber, je me livre donc à la relecture des différentes sélections cannoises pour en distinguer le meilleur film. Cependant, trop de lacunes m’empêchent pour que ceci garde un minimum de crédibilité de dresser un palmarès complet et je me contenterai donc des seules dix dernières années. Concernant celles-ci, j’ai pu regarder un nombre assez important des films en compétition (dans la sélection officielle) pour pouvoir – parfois avec quelques regrets (A History of violence de David Cronenberg en 2005, Flandres de Bruno Dumont en 2006, Paranoid Park de Gus Van Sant en 2007, Le Ruban blanc de Michael Haneke et  Bright Star de Jane Campion en 2009 sont ainsi certains des absents de marque) – choisir. Pour le reste, je me contenterai de préciser quelques-uns des films qui m’ont beaucoup marqué durant les années précédentes (avec des noms d’auteurs – même si, leurs films n’étant pas sélectionnés, les noms de Fritz Lang et de Stanley Kubrick seront, pour une fois, absents d’une de mes réflexions génériques sur les soixante dernières années du cinéma – qui, parfois, se répètent) ; citons ainsi : Les Enchaînés (Alfred Hitchcock, 1946), Le Septième Sceau (Ingmar Bergman, 1957), La Dolce Vita (Federico Fellini, 1960), Blow Up (Michelangelo Antonioni, 1967), Ma nuit Chez Maud (Eric Rohmer, 1969), M.A.S.H. (Robert Altman, 1970), Solaris (Andreï Tarkovski, 1972), Conversation secrète (Francis Ford Coppola, 1974), Parfum de femme (Dino Risi, 1975), Taxi Driver (Martin Scorsese, 1976), Apocalypse Now (Francis Ford Coppola, 1979), Kagemusha (Akira Kurosawa, 1980), Identification d’une femme (Michelangelo Antonioni, 1982), L’Argent (Robert Bresson, 1983), Pale Rider (Clint Eastwood, 1985), Le Sacrifice (Andreï Tarkovski, 1986), Barton Fink (Joel Coen, 1991), The Player (Robert Altman, 1992), Fargo (Joel Coen, 1996), Ghost Dog : The way of the samurai (Jim Jarmusch, 1999).

 

Après, j’ai donc tranché et – réflexion assez habituelle – le cinéma américain se taille la part du lion au court de ces dix dernières années (cinq choix) devant l’Asie (trois mais les deux meilleurs avec 2046 – au risque de me répéter, le film de la décennie – et Three Times) et l’Europe (deux). Voici donc, après mûre réflexion, mes palmes d’or de la décennie écoulée :

 

In the mood for loveIn the mood for love2000 : In the mood for love (Wong Kar Wai)

 

mulholland-drive.jpg2001 : Mulholland Drive (David Lynch)

 

Punch-Drunk love2002 : Punch-Drunk Love (Paul Thomas Anderson).

 

elephant.jpg2003 : Elephant (Gus Van Sant)

 

2046.jpg2004 : 2046 (Wong Kar Wai)

 

threetimes.jpg2005 : Three Times (Hou Hsiao Hsien)

 

Le-Caiman.jpg2006 : Le Caïman (Nanni Moretti)

 

no-country-for-old-men.jpg2007 : No Country for old men (Joel Coen)

 

twolovers.gif2008 : Two Lovers (James Gray)

 

un-propheteun-prophete2009 : Un prophète (Jacques Audiard)

 

Ran

Partager cet article

Commenter cet article

Ran 05/06/2010 00:00



Merci.


Effectivement, je vous recommande Le Caïman qui est l'un des seuls films (vraiment) politiques (vraiment) intéressants que j'ai pu voir ces dernières années. Il évite d'ailleurs, à mon
sens, tous les pièges que l'on peut attendre de ce genre de films mais j'espère y revenir plus largement un jour.


Quant à Punch Drunk love, c'est vrai qu'il s'agit là d'un film plus qu'intéressant et qui ne jouit certainement pas de la notoriété qu'il mériterait d'avoir.



Ed(isdead) 04/06/2010 23:51



Nos choix sont donc les mêmes à trois reprises (2000/2001/2003). Pour le reste, j'aime tous les films cités sauf Le Caïman que... je n'ai pas vu (je le regrette bien).


Je retiens surtout la présence de Punch drunk love, l'une des meilleures comédies (la meilleure ?) de la décennie, un film trop souvent négligé car peu vu me semble-t-il (alors que ceux qui le
connaissent le défendent en général ardemment).



Ran 03/06/2010 19:54



Tetro est premier de mon top 10 de l'année écoulée mais non de mon top 20 de la décennie (dominé par 2046) dans lequel il ne figure d'ailleurs pas (car il est sorti après que
j'ai publié ce top). Nul doute par ailleurs que je lui aurais donné la palme s'il n'avait pas, l'an dernier, figuré dans une sélection parallèle. Mais, bon, le film est annoncé en DVD pour le 23
juin (je crois...) et j'aurai largement l'occasion de revenir sur ce film puisque j'ai prévu d'y consacrer trois textes. Peut-être comprendrez-vous alors pourquoi je le tiens en si haute estime.


En tout état de cause, il est normal que des désaccords existent quant à la qualité de telle ou telle oeuvre et je pense que globalement nous avons suffisament de points d'accords sur le fond
comme le montrent nos deux palmarès cannois.


Concernant les sélections, je pense, pour revenir à un film que nous aimons tous les deux, que celle de 2046 à Cannes il y a six ans a peut-être permis à ce film d'exister car Wong Kar
Wai avait, semble-t-il, quelques difficultés à le terminer (l'histoire étant un peu la même que celle de Coppola et de son Apocalypse Now en 1979). Les festivals - même quand ils
aboutissent à de mauvais palmarès - servent, parfois, aussi à cela. Espérons d'ailleurs que Malick ne nous fera pas trop attendre !



Hibou 03/06/2010 18:40



Il faudra que je pense à faire un top 20 de la décennie. Mais ca prend du temps pour le coup, ce n'est pas comme choisir dans une selection d'une vingtaine de films celui qu'on préfère.


D'ailleurs je suis très surpris par la première de Tetro dans votre classement Ran! Je le considère comme un bon film, plein de maîtrise, mais pas un chef d'oeuvre.


 


Pour revenir au sujet c'est vrai que globalement beaucoup de très bons films vont à Cannes, mais certains oublis sont curieux. Ceci dit il est possible que plus de réalisateurs qu'on ne le pense
refusent d'être sélectionnés ou terminent leur films juste après (cf Malick cette année) le festival.



Ran 03/06/2010 17:55



Ce que l'on remarque quand même, c'est que, dans l'ensemble, les sélections cannoises de ces dix dernières années furent de très bonne qualité au point que de nombreux films en compétition se
retrouvent dans les meilleurs de cette décennie (et notamment dans mon propre top 20).


Par contre, certains choix du jury peuvent tout de même prêter à discussion (mais, bon, je ne vais pas reparler de 2004 sinon je risque de m'énerver).


PS : nolan, tu nous les publies tes palmes ?



.obbar-follow-overlay {display: none;}