Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paul

21 Septembre 2011 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films anciens

La réunion entre le réalisateur de Supergrave et les acteurs scénaristes de Shaun of the Dead et Hot Fuzz  n’aura finalement pas donné grand-chose tant cette comédie/hommage à Steven Spielberg échoue systématiquement dans la construction de ses gags et de ses personnages.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Article paru sur

InterlignageLogo

 

 

 

 

La réunion entre le réalisateur de Supergrave (Greg Mottola, 2007) et les acteurs scénaristes de Shaun of the Dead et Hot Fuzz (Simon Pegg et Nick Frost, réalisés par Edgar Wright, 2003 et 2007) n’aura finalement pas donné grand-chose.

Graeme Willy (Pegg) et Clive Gollings (Frost) sont deux supernerds britanniques qui se rendent à San Diego pour le Comic Con puis s’offrent un road trip vers le Nevada sur la trace des extraterrestres. Et voilà que l’un de ceux-ci, extrêmement grossier (avec la voix de Seth Rogen) et tâchant d’échapper à ses geôliers, va croiser leur chemin…

Le charme des précédents opus du duo d’acteurs/scénaristes reposait sur le pastiche de quelques genres hollywoodiens avec une connaissance suffisante et un esprit potache affûté qui rendaient leur « comédie romantique avec des zombies » et leur buddy movie campagnard très attachants. Ici, le film qui porte sur une rencontre du troisième type tourne vite à vide et Gregg Mottola ne sait visiblement pas quoi faire pour remonter la pente : la multiplication des personnages ou la vulgarité de certains propos font plutôt accélérer la chute. L’utilité de seconds rôles venus faire un tour parce qu’ils sont à la mode actuellement dans la comédie américaine est très difficile à justifier. Il y a aussi trop de gags décevants parce que déjà vus et en mieux. Qui plus est, le road-trip est une énorme béquille (parlons plutôt de fauteuil roulant) pour faire avancer une histoire qui ne cherche même pas à retrouver une émotion que pouvaient proposer les Spielberg (Rencontres du 3e type en 1979 et E.T. en 1982) ou la paranoïa mulderienne (X-files créée par Chris Carter, 1993-2002) et qui ne faisait jusqu’alors pas défaut dans les précédentes histoires du duo (si le genre était parodié, ce n’était que pour mieux en appliquer les recettes).

 

paul.jpgSimon Pegg et Nick Frost

 

Nous aurions pourtant aimé voir ces Anglais asociaux dont l’un tombe amoureux d’une anti-darwiniste forcenée (Kristen Wiig) se lancer dans de rocambolesques aventures fantastiques. Mais les acteurs n’ont pas su aller au-delà de leur pitch de départ. L’absence d’Edgar Wright derrière la caméra se fait cruellement ressentir, ce dernier s’en est bien mieux sorti (artistiquement parce qu’il fut un grand four commercial) avec son adaptation de Scott Pilgrim (2010).

Côté bonus DVD, rien d’exaltant. Même le bêtisier n’est pas drôle (précisons pourtant que nous sommes extrêmement bon public avec les bêtisiers au grand dam de certains de nos amis constamment affligés devant les fous rires).

 

nolan

 

Note de nolan : 1

 

Paul de Gregg Mottola avec Simon Pegg et Nick Frost
2.35 : 1, 35 mm, DTS, Anglais, 2011
 Sorti en DVD depuis le 5 juillet 2011

Partager cet article

Commenter cet article

Antoine 23/09/2011 16:11



Qui, dans leur immense majorité, s'en foutent. Presque autant que de la récente proposition d'"allégeance aux armes". D'ailleurs, concernant cette dernière, ce sera sans moi. Les actrices ne font
guère rêver, les bêtisiers ne font pas rire et je ne me mobiliserai pas pour la patrie en danger. Décidément, je ne suis pas fait pour ce monde...



Antoine 23/09/2011 12:41



@Fred : chépa moi, j'ai pas vu le film. Mais je sens l'idée étrange.


@nolan: Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas des actrices ou des personnages féminins qui ne me plaisaient pas mais ça détermine rarement mes allées et venues au cinéma. Pour le cadeau de Noël,
opte pour la version quarante ans. Comme ça, j'aurais les meilleures séquences du septennat de VGE (tu sais : les voeux de Nouvel an de sa femme, "Au-revoir" après la défaite et aussi Barre en
train de chanter La Marseillaise). Malgré tous ses efforts, le petit président - d'une remarquable constance - a toujours du mal à rivaliser.



nolan 23/09/2011 14:00



Je n'ai jamais dit que tu avais dit etc. Bien au contraire. Il faut arrêter de raconter des histoires aux Français.



FredMJG 23/09/2011 08:59



@Antoine : porqué bizarre ? le Paul il arrête pas de prétendre qu'il est le meilleur coup intergalactique et tout ce qu'il nous propose c'est un mooning pourri. Bon, il aurait au moins pu faire
des avances à Frost


@Nolan : j'ai surtout trouvé que c'était un film à interdire au plus de dix ans si j'y songe encore. Mais je n'y pense plus



nolan 23/09/2011 07:29



Flow, pas incisif du tout à mon sens. Mêmes les références ne me paraissent pas bien exploitées. Mais j'irai voir le prochain Pegg/Frost.


Fred, ah ah je me doutais que ça n'arriverait pas et d'ailleurs, si je me souviens bien, tu avais trouvé le film tout pourri (j'irai vérifié sur la Nuit des Chasseurs...)


Antoine : Oui enfin, je pense quand même que Chiara Mastroiani a fini de te convaincre d'aller voir le Honoré. Mais je suis un vicieux, ça, c'est sûr. D'ailleurs pour Noël, je compte t'offrir le
DVD "30 ans de bêtisier à la télé" présenté par Dechavanne.



Antoine 23/09/2011 00:07



A Fred: T'as des idées bizarres, quand même...


A nolan: je me demande depuis quand je n'ai pas été voir un film pour une actrice. Est-ce que ça m'est vraiment arrivé ? C'était peut-être un de mes vices de départ.


Il est quand même gros, Simon Pegg.


Précisons que parmi les amis affligés devant les bêtisiers de l'auteur de ce texte, il y a l'auteur de ce commentaire.



.obbar-follow-overlay {display: none;}