Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur la piste du Marsupilami

22 Avril 2012 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Le dernier film d'Alain Chabat est un film familial avec des scènes de bastons pour les petits mais aussi le second degré propre à l'auteur. Le résultat est satisfaisant voire désopilant par moment. Et puis, la réalisation est soignée et qu'on le veuille ou non, cela dénote dans le lot de comédies françaises qui sortent actuellement.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

marsupilamiLe Marsupilami

 

Nous savons à quel point Alain Chabat est un admirateur de Franquin et que le projet de consacrer une œuvre à l’un de ses personnages les plus célèbres, le Marsupilami (animal créé en 1952 et prenant part à certaines aventures de Spirou et Fantasio avant de faire l’objet d’une série particulière entre 1987 et 2002), traînait dans ses valises depuis un moment. Mais faute d'arriver à présenter une créature satisfaisante, le film a mis du temps de se faire. Bien lui en a pris, le Marsu est effectivement réussi, mignon tout plein et dont les apparitions sont toutes appréciables. Et Chabat dose assez bien le rôle de l'animal, personnage secondaire qui dope le film en action et permet de faire un peu le ménage au sein du très important casting.

Mais le ressort comique et l'arc narratif sont portés par le duo Dan Rinaldo (Alain Chabat) et Pablito Camaron (Jamel Debbouze), deux losers, l'un journaliste pistonné par papa (Jacques Weber) et l'autre, escroc à la petite semaine qui élève de jeunes orphelins (qui jouent mal mais mal !...). Pablito est un Palombien qui fait rire le public enfantin quand Dan cible plutôt les adultes. Aussi leur rencontre est-elle déterminante pour arriver à un équilibre humoristique. Elle intervient heureusement très tôt dans le film et le couple fonctionne parfaitement. Reconnaissons qu'Alain Chabat se montre soucieux d'offrir un spectacle rythmé, enlevé et tout public. Il y parvient. Il délivre pour certains seconds rôles quelques morceaux de bravoure (en particulier pour le dictateur de père en fils interprété par Lambert Wilson) mais leur intérêt reste limité : Hermoso (Fred Testot) et Caporal (Patrick Timsit) font de correct méchants, la reine « payasse » (Lia Kebede) est une bombe et Pétunia (Géraldine Nackache) est aussi sympathique qu'inutile... Bref, ces personnages servent surtout de corrects faire-valoir au duo de vedettes et seul le Marsupilami – honnête, malin et très fort – arrive à réellement exister en représentant une parfaite antithèse des deux nigauds.

Enfin, Alain Chabat soigne ses images, ne cherchant pas systématiquement à mettre plein la vue avec les effets spéciaux. Ce qui est assez remarquable dans le paysage de la comédie française grand public qui, d'après ce que nous avons pu en voir, laisse souvent à désirer sur ce terrain. Sa mise en scène nous est ainsi apparue cohérente malgré l'affection qu'il a pour le bric-à-brac (numéros musicaux, fausses pubs, dessin animé,...). On notera sa prédilection pour les séquences dans un lieu renfermé (salle de réunion, prison, creux d'un arbre, pièce souterraine,…) dont les héros cherchent, avec force difficulté, à sortir.

Chabat glisse également un message écologique mais sans semelles de plomb (à tel point qu'il était tout-à-fait possible de s'en passer…). Cela dit, nous fûmes terrifiés par la prophétie de Dan et Pablito : si le Marsupilami venait à disparaître, tous les aliments auraient alors le goût de fruit de la passion !

 

Marsupilami-2.jpgJamel Debbouze et Alain Chabat

 

nolan

 

Note de nolan : 3

 

Sur la piste du Marsupilami (Alain Chabat, 2012)

Partager cet article

Commenter cet article

homes for sale in Summerlin NV 04/08/2014 12:01

As we all know marsupilami is a fictional comic book written by André Franquin. It was crated inj the year 1952 and continued till 1963. Soon after he dropped out the comic book, the characters within the book have also vanished.

Antoine 04/05/2012 19:12


Pour moi, c'est un ratage et une complète incompréhension (plus que trahison d'ailleurs) de l'oeuvre de Franquin. J'y reviens bientôt. Seul point positif, le marsupilami est mignon tout
plein... 

Edouard 04/05/2012 13:07


Mouais... Je n'ai pas trouvé ça terrible du tout, m'ennuyant énormément à cette projection familiale. Si on peut éventuellement dire que l'humour y est "personnel", le style me semble absolument
passe-partout. Avec Chabat, c'est toujours les mêmes détournements, qui me fatiguent : la publicité, la musique populaire moderne (avec la danse qui va avec pour faire vendre), la
télévision... Le rythme me paraît mal assuré. Par exemple, le gag dans la prison avec l'homme à la petite voix et Jamel qui s'avance vers le nain, on le voit venir à dix kilomètres tellement
c'est lent. Testot et Timsit sont mauvais comme tout. Wilson en Céline Dion ne m'a pas fait rire. Heureusement, le duo vedette réhausse un peu le tout à travers quelques échanges
absurdes.
J'ai adoré Chabat à la télévision, à l'époque. Mais en temps que cinéaste, je n'y arrive pas...

nolan 04/05/2012 15:08



Nous ne sommes donc d'accord sur rien à ceci près que le gag dans la prison ne m'avait pas fait rire, je l'avais même oublié, j'ai préféré la négociation avec la loutre.De même la séquence avec
le perroquet qui présente le personnage de Jamel m'a paru un peu molle. Ce sont des gags visant très spécifiquement les enfants mais lorsque Jamel se fait violer l'oreille par un chihuahua,
craché dessus par un lama, ou se transforme en roi paya fait de bric et de broc, tout le monde s'y retrouve.


En tant que cinéaste, je le trouve plutôt bon Chabat. Je ne sais pas si c'est un auteur (a-t-il une vision ? Des leitmotiv ? Je l'ignore) mais c'est un bon faiseur qui ne dilue pas sa
personnalité (l'humour ZAZ), ne foule pas aux pieds le matérieau d'inspiration (les oeuvres de Goscinny et de Franquin) et fait un effort de mise en scène dans ses films.



Flow 25/04/2012 10:55


Tout à fait d'accord avec toi. Et puis rien que pour le morceau de bravoure de Wilson, ça vaut le détour!

.obbar-follow-overlay {display: none;}