Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur la Route

15 Juin 2012 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Alors voilà, nous allons au cinéma pour nous évader un petit peu et ce film avait l'air de proposer un petit voyage jazzy et épicurien (au sens contemporain du terme). Mais, bon, ce n’est pas que ce soit moche mais c'est un brin chiant et, pour tout dire, nous ne nous sommes pas évadés du tout.

  ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

sur la routeKirsten Stewart et Sam Riley

 

Le problème de cette longue adaptation (2h20) du roman de Jack Kerouac réside dans son absence de fluidité. Certes, il s'agit d'un road-movie, ce qui sous-entend que nous passons d'une histoire à l'autre très rapidement, que l'on ne peut se permettre de prendre trop de temps pour ne pas perdre le rythme. Certes. Mais il aurait sans doute fallu réfléchir à un arc narratif solide pour éviter de rendre le résultat aussi décousu. Les acteurs sont très beaux, très bons, très contents de jouer dans l'adaptation de leur livre culte, mais, malgré la durée conséquente, on peine à s'attacher à leurs personnages. Tout va trop vite ou trop d'éléments figurent dans ce long-métrage. Au vu du résultat, nous restons persuadés qu'un tri – supplémentaire, nous n'avons pas lu le roman mais nous supposons que Salles n'a quand même pas tout gardé – aurait du être fait. Ainsi le très iconoclaste Old Bull Lee, pourtant servi par un Viggo Mortensen parfait, reste-t-il on ne peut plus anecdotique.

Reconnaissons à Walter Salles un talent de directeur d'acteur indéniable (et rendre sensuelle la très froide Kirsten Stewart n'avait rien d'évident…). Ajoutons qu’il sait filmer les paysages qui entourent les aventuriers. Mais ces qualités ne suffisent pas à emporter notre adhésion. Loin de là.

 

nolan

 

Note de nolan : 1

 

Sur la route (Walter Salles, 2012)

Partager cet article

Commenter cet article

windows 10 problems 28/10/2014 14:00

It is in INTO THE WILD and PANIC ROOM that I noticed her , in which she was awesome. Then I did notice her later on the movies like twilight. I did like her in the beginning actually but later on she went from hero to zero.

Bon, je viens de lire ta chroniqCHRISTOPHE LEFEVRE 07/07/2012 21:19


Ennuyeux. En tout cas, pas grand chose sur les grands espaces américains. Rien que de la drogue et du sexe...

nolan 08/07/2012 20:17



J'aime beaucoup la drogue et le sexe, mais ca ne suffit pas pour faire un bon film (d'ailleurs la meilleure scène drogue/sexe n'est pas forcément celle que l'on croit : c'est la sodomie de Steve
Buscemi enfin, l'ensemble de la séquence qui aboutit à l'acte). J'aime aussi les grands espaces américains. C'est vrai qu'il y a matière pour faire un bon film, bon sang !



Antoine 16/06/2012 14:05


Effectivement, je ne suis pas forcément d'accord avec Hitchcock mais je comprends sa position et pense que beaucoup devraient faire comme lui...


Pour Sur la route que je n'ai pas vu, la difficulté est que le film sera, quoiqu'il arrive, jugé par rapport au roman et celui-ci, encore plus qu'un chef-d'oeuvre, est "culte" (pour
employer un terme que je n'aime pas). Dans un tel cas, il est presque impossible de dégager une oeuvre personnelle et, visiblement, Salles n'a même pas essayé. Il aurait pu, par exemple, isoler
quelques éléments, changer le titre et ne faire que mention du livre de Kerouac. Cela lui aurait évité une confrontation perdue d'avance...


Sinon, multiplicité de personnages, narration fluide, croisements, cela me fait penser au meilleur Altman.

Sylvain Métafiot 16/06/2012 10:56


J'ai effectivement l'impression que Walter Salles a réalisé un film pas trop mal... pour ceux n'ayant pas lu le récit de Kerouac.


De fait, le film m'a paru plutôt sympathique, les acteurs jouent bien (le putain de charisme de Garrett Hedlund !), les paysages sont bien filmés, etc.


Mais le film est trop long et perd en énormément en rythme dans la seconde partie. C'est poussif. Sans compter, comme vous le relevez, la sous exploitation criminel du personnage de Old Bull Lee.


Mais au moins, et à l'instar de Cosmopolis, cela m'a donné envie de lire le livre.

nolan 20/06/2012 10:46



Je le trouve pas si charismatique Garrett Hedlund. Il joue bien, enfin surtout bien mieux que dans Tron : L'Heritage, mais je n'ai pas été ébloui.


En tout cas, Salles sait si prendre avec les acteurs, il fait bien joué Hedlund et rend Stewart sensuelle. Cela ne suffit pas malheureusement pour susciter un réel intérêt.


Par contre, je m'inquiète un peu parce que les adaptations ne me donnent jamais envie de lire l'oeuvre originale, qu'elles me plaisent ou non. Que ce soit Sur la Route ou Cosmopolis, le Seigneur des Anneaux ou Game of
Thrones, Shinning ou No Country for Old men,... Bizarre.



Victor 15/06/2012 18:03


Je suis actuellement en train de lire la version originale de Sur la route et plus je lis, plus je me dis que l'adapter au cinéma n'est pas une bonne idée. Godard lui-même, après l'avoir
envisagé, a préféré lâcher l'affaire. Le problème c'est que le livre est déjà un film puisqu'il propose une infinité d'images, et le récit est d'une fluidité impossible à rendre à l'écran ; les
actions s'enchainent, s'emboitent, se confondent, et beaucoup de personnages, tous intéressants, se croisent et se recroisent au fil du récit. La prose de Kerouac est passionnante et semble ne
jamais reprendre son souffle, ce qui donne une puissance incroyable au récit mais qui serait, dans un film, simplement exténuant à mon avis. Salles aurait dû appliquer le principe d'Hitchcock qui
était de ne pas adapter les chefs d'oeuvres de grands auteurs, dont vous avez déjà parlé dans votre article sur Dostoïevski.
Pour ma part je n'irai pas voir la version de Salles, de peur d'être déçu ; en matière d'évasion, Prometheus m'a largement plus emballé !


Je lis régulièrement votre blog, toujours avec un grand intérêt !
Victor

nolan 15/06/2012 23:24



Bonsoir Victor et merci beaucoup pour l'intérêt que vous portez à notre blog. 


Votre commentaire me laisse donc penser que Salles a péché par excès de fidélité. Ou, en tout état de cause, il n'a pas réussi à retranscrire la fluidité du roman. 


Moi ça ne me dérange pas qu'on s'attaque aux chefs d'oeuvre de la littérature (et si mes souvenirs sont bons mon acolyte n'est pas tout à fait d'accord avec Hitchcock - d'ailleurs si Hitch
était vivant, il nous lirait sûrement et aurait sans aucun doute changé d'avis :-)


Enfin, Prometheus vaut le coup d'oeil rien que pour sa mémorable scène d'avortement/césarienne. Mais on reviendra sur le film prochainement. 



.obbar-follow-overlay {display: none;}