Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Artist

12 Octobre 2011 , Rédigé par Antoine Rensonnet Publié dans #Critiques de films récents

The Artist, pastiche muet des films hollywoodiens des années 1920 (et pas seulement…). Une comédie profondément ambitieuse et originale et surtout parfaitement réussie. Un régal qui confirme le talent de son auteur, Michel Hazanavicius.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

TA 1George Valentin (Jean Dujardin) et Peppy Miller (Bérénice Béjo)

 

1927 : George Valentin (Jean Dujardin) est, à Hollywood, une immense star du muet qui croise la débutante Peppy Miller (Bérénice Béjo). Las, le son arrive et George Valentin qui refuse de s’y adapter tombe dans les oubliettes de l’histoire quand Peppy Miller connaît, elle, une ascension fulgurante. Elle n’oublie pourtant pas le héros et lui permet de connaître une renaissance après que celui-ci a sombré dans l’alcool, la ruine et la dépression. Telle est la trame scénaristique de The Artist (2011). Elle n’est que le prétexte de l’ingénieux dispositif mis en place par Michel Hazanavicius qui, s’appuyant sur l’idée que le cinéma est évidemment mieux que la vie, choisit de tourner un film en noir et blanc et presque complètement muet (bien que bruitages et paroles fassent de très furtives irruptions), les personnages existant comme s’ils étaient des héros de films des années 1920. On mesure là toute l’originalité (qui tranche radicalement avec la moyenne des comédies, pas seulement françaises) d’un projet qui s’inscrit dans la lignée des deux OSS 117 (OSS 117 : Le Caire, nid d’espions en 2006 ; OSS 117 : Rio ne répond plus en 2009) du même Michel Hazanavicius, avec, déjà, Jean Dujardin, qui avaient tant séduits mais les dépasse par son ambition. Il n’est certes question que de pastiche mais celui-ci est d’une telle efficacité et l’auteur manie avec un talent si assuré ses multiples références que l’on ne peut que s’incliner devant sa réussite (1). Rythme endiablé, à l’exception de quelques petites longueurs au début de la seconde partie, gags qui font mouche, interprètes parfaits (Jean Dujardin et Bérénice Béjo, donc, mais aussi John Goodman – que l’on retrouve avec plaisir –, James Cromwell et le chien Uggy) et surtout extraordinaire mise en scène qui indique combien Michel Hazanavicius sait jouer et déjouer les codes. Ainsi The Artist se divise-t-il en deux segments, l’un de pure comédie, l’autre d’apparence mélodramatique. Or, c’est bien dans le deuxième, se situant pourtant après l’arrivée du son qu’hommage est rendu à ces chefs-d’œuvre du muet (auxquels les films, vus précédemment, de George Valentin, grande vedette mais ne tournant que dans des productions aux prétentions artistiques réduites, n’appartenaient visiblement pas), ceux de Friedrich Wilhelm Murnau (L’Aurore en 1927,  City Girl en 1930) ou de Frank Borzage ( L’Heure suprême en 1927, L’Ange de la rue en 1928, Lucky Star en 1929, La Femme au corbeau en 1929), que l’avènement du parlant avait, malheureusement et provisoirement, rayés de la carte. Magie du cinéma donc, toujours renouvelée de 1927 à 2011. Quand bien même The Artist ne dément pas, bien au contraire, la tendance de notre art à s’autovampiriser. Mais, dans ce cas, il s’agit d’un véritable régal – que les cinéphiles avertis ne sont pas les seuls invités à venir savourer.


TA 2George Valentin

Antoine Rensonnet

 

Note d’Antoine Rensonnet : 4

 

The Artist (Michel Hazanavicius, 2011)

 


1 On ne saurait toutes les citer, ni en percevoir l’ensemble mais remarquons néanmoins, même s’il ne s’agit que de légers clins d’œil : les films avec Fred Astaire et Ginger Rogers, ceux d’horreur du début des années 1930, Citizen Kane (Orson Welles, 1941), Boulevard du crépuscule (Billy Wilder, 1950), Chantons sous la pluie (Stanley Donen et Gene Kelly, 1952), Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958), … Ce simple énoncé témoigne de la grande culture cinéphilique et surtout de l’énorme travail du réalisateur.

Partager cet article

Commenter cet article

laptop support 24/12/2013 11:47

“The Artist” is really a beautiful film. In this film drama, comedy, action and romance are included appropriately and the direction is perfect. The actors have done a good job in it. I would say it does worth your money.

Antoine 26/11/2011 20:46


Moi, je le trouve chouette le ripolinage du patron (et pas seulement parce que c'est celui du patron).


Sinon, The Artist, j'ai beaucoup aimé mais, effectivement, parce que c'est original et en faisait pour moi une comédie extrêmement réussie dans un paysage sinistré. Cela peut-il résister
au temps ? En fait, je ne crois pas et, en même temps, le film ne s'inscrit dans aucune mode (si ce n'est la tendance du cinéma à s'autovampiriser qui est l'une des raisons du titre de ce blog).
C'est pour cela qu'il me plaît : c'est une sorte d'OVNI, rappelant plein de souvenirs, accessible à tous et bien rythmé. Donc, je ne boude pas mon plaisir.

yoye2000 25/11/2011 10:32


Ah tiens j'avais aussi oublié de commenter le nouveau ripolinage que j'avais -où ai-je la tête- comment dire.. omis de mettre en tête de mes faits du jour. Très chouette. Enfin sobre, en
tout cas; Un chouia soviétiqne, mais bon. Qui suis je pour critiquer.


bref, impression mitigée sur the artist. On (enfin bon moi). on se retrouve au générique de fin à la fois épaté que des films comme ça peuvent encore sortir(et a fortiori dans plus de
10 salles parisiennes) et en même temps avec une vague impression de pas complètement abouti et peut-être d'ennui léger inavoué  qui fait douter de sa pérennité dans les esprits (en tout
cas: l emien)

Antoine 20/10/2011 12:04



Elle est bien, hein, la nouvelle décoration du patron ? Et, en plus, il va compléter tout cela quand il aura tripatouillé ses feuilles CSS ou je ne sais quoi. Il est vraiment parfait.



FredMJG 20/10/2011 11:59



NAN je taffe mais toi tu as de super occupations. C'est chouette :)



.obbar-follow-overlay {display: none;}