Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Top 10 des films d'animation par nolan

26 Avril 2010 , Rédigé par nolan Publié dans #Tops

Vu chez Nightswimming , un top 10 lancé sur le blog Plan-c  : les meilleurs films d'animation. Le temps de regrouper quelques souvenirs, de savoir s'il faut écarter ou pas les films de marionnettes (il faut) et c'est parti…Ran suivra avant un top spécial super-héros.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

 letrange-noel-de-m-jack.jpg  

 

1. L'Etrange Noël de Mr Jack (Henry Selick et Tim Burton, 1993)

 

Cette œuvre de grande ampleur reste pour moi ce qui s'est fait de plus admirable dans le monde des films d'animation. D'abord parce qu'il s'agit d'un film qui s'adresse aux enfants, qui convoque donc les thèmes corrélatifs à l'enfance (Noël), dans une ambiance de fête (les chansons multiples et réussies) en proposant une vision bizarre, décalée pleine de poésie dont la fulgurance émerveille encore et toujours les spectateurs. Ne souhaitant pas appartenir à la frange adepte des complots en tout genre qui pense que Tim Burton est un salaud qui a volé l'œuvre d'Henry Selick[1], j'ai délibérément choisi de mettre les deux noms, celui du réalisateur et celui du producteur. 

 

2. Le Roi et l'Oiseau (Paul Grimault, 1980)

 

Choix archi-classique pour ce joyau de l'animation française.

 

3. Le voyage de Chihiro (Hayao Miyazaki, 2001)

 

Le film de Miazaki est dense et magique, il reste pour moi (et pour beaucoup) son œuvre la plus aboutie.

 

4.Perfect Blue (Satoshi Kon, 1998)

 

Un grand film qui m'a fait penser à du De Palma sans les défauts de De Palma : un grand film hitchcockien ?

 

5.The wrong trousers (Nick Park, 1993)

 

Il s'agit de la plus grande réussite de la série des Wallace et Gromit. Ce n'est pas un long métrage mais le film est sorti en salle. Le long, le Mystère du Lapin Garou (Nick Park, Steve Box, 2005) est par ailleurs très bien aussi.

 

6.Les 101 Dalmatiens (Clyde Geronimi, Hamilton Luske, Wolfgang Reitherman, 1961)

 

Une grande réussite de l'écurie Disney, Cruella for ever. Elle dépasse l'abominable sorcière de Blanche-Neige et les sept nains (David Hand, 1937)

 

7.Le tombeau des lucioles (Isao Takahata, 1988)

 

Ce film parfaitement déprimant dresse, d'après mes souvenirs, un constat social du Japon de l'après guerre d'autant plus intéressant que je n'y connais rien et que l'œuvre est d'une beauté plastique à couper le souffle. L'ayant vu lors d'une après-midi ensoleillée, j'ai pu éviter de fondre en larmes et penser à autre chose avant d'aller me coucher (mais ce n’était pas facile).

 

8.South Park, le film (Trey Parker, 1998)

 

J'ai hésité avec les Simpsons en film (David Silverman, 2005), excellent épisode de cette excellente série, mais mon choix final s'est porté sur la série "concurrente" dont le métrage est une explosion de mauvais goût insolente et jouissive au même titre que le film de marionnettes des créateurs de South Park, Team America, police du monde (2004)

 

9.Robin des Bois (Wolfgang Reitherman, 1973)

 

J'ai hésité avec Merlin l'Enchanteur (id., 1963) et Le Livre de la Jungle (id. 1967) mais je garde un impérissable souvenir du Roi Jean et de son serpent de conseiller

 

10.L'Impitoyable Lune de Miel (Bill Plympton, 1997)

 

Il est relativement difficile de voir un film de Bill Plympton, je n'ai vu et apprécié que celui-là qui mérite sa place dans ce top pour son rythme et pour finalement tirer le meilleur parti de ce que permet l'animation : le bouleversement des corps et des perspectives à l'instar de Tex Avery.

 

Les laissés pour compte :

 

Valse avec Bachir (Ari Folman, 2008), Toy Story 2 (John Lasseteer, Ash Brannon, Lee Unkrich, 1999), les Indestructibles (Brad Bird, 2004), Ghost in the Shell (Mamoru Oshii, 1995), les Disney des années 40, et les chefs d'œuvre que je n'ai pas vu.

 

nolan

 


[1] J'ai pu lire à droite à gauche sur le net qu'Henry Selick avait été spolié sur ce film : Burton était juste le producteur et Selick le véritable auteur. Le fait est que l'Etrange Noël… s'est vendu sur le nom de Burton (c'est normal), mais de là à nier l'empreinte du maître sur le métrage c'est faire preuve d'une aberrante mauvaise foi.

Partager cet article

Commenter cet article

N


@Ed,


C'est marrant quand j'ai vu Jin Roh dans votre top, je me suis dit que j'aurais mis Perfect Blue à la place. Je n'ai gardé que très peu de souvenirs du second alors que je
connaissais en le visionnant la flatteuse réputation dont il disposait. Par contre, le premier fut un choc et fit alors écho au cinéma de Brian De Palma que j'appréciais énormement après avoir vu
Blow Out. Bref, cela me donne envie de revoir les films de Kon et d'Okiura.



Répondre
N


Correction : Je n'ai gardé que très peu de souvenirs du premier alors que je connaissais en le visionnant la flatteuse réputation dont il disposait. Par contre, le second fut un choc...



E


Personnellement, je pinaillerai juste sur "Perfect blue" que j'ai découvert en même temps que "Jin-Roh" et qui m'a moins marqué. Je l'avais trouvé moins original et moins abouti (mais peut-être
ai-je tort, l'éloignement m'empêche de toute façon d'en débattre).


Des deux Disney retenus ici, j'ai plein d'images mais il faudrait que je les revoie pour les juger. Peut-être bientôt avec le fiston...



Répondre
N


Merci pour vos commentaires !


@Alexandre : je n'ai pas trouvé ton article sur Filmosphère, je suis preneur du lien. Mais ton avis se dessine déjà sur le commentaire que tu as fait du film dans sur ton top. Merci d'ajouter ma
liste, ton idée de top est très bonne (et a beaucoup de succès !).


@Vincent : Alors il ne faut pas que je revoie Robin des Bois ! Pour le pompage, j'imagine que vous avez connaissance de la vidéo sur youtube qui compare les quatre films de Wolfgang
Reitherman (Le livre de la Jungle, les Aristochats, Robin et les 101 Dalmatiens). Pour les Aristochats, je pense que Ran vous rejoindra sur ce point (je pense car ses
obligations professionnelles l'ont sans doute empêché de lire les commentaires récents). Pour ma part, je ne me souviens pas du tout du film, l'ayant vu vraiment très jeune.


Concernant Jack, je vous rejoins sur votre remarque sur les niveaux de lecture. Mais ce que je trouve très fort dans ce film, c'est qu'il va très directement dire quelque chose de décalé
aux enfants, ce n'est pas le cas de Pixar, de Disney, ni même de Nick Park. Peut-être que je me trompe mais pour un film "de Noël", il est unique même au 1er degré.



Répondre
V


Très largement d'accord avec cette belle liste, à l'exception du "Robin des bois" de Disney" que je trouve assez pauvre côté animation (nombre de personnages sont repompés littéralement sur
d'autres films). C'était un joli souvenir d'enfance mais en le revoyant avec ma fille, j'ai été très déçu. je préfère nettement "Les aristochats" qui développe un univers plus original (et quelle
musique !).


Pour ce qui est du 1, je n'ai pas ces scrupules. Burton a écrit, Selick réalisé et s'il en était besoin les autres films de Selick plaident pour lui. Ceci posé, est-ce véritablement un film pour
enfants ? Je veux dire que c'est typiquement, comme pour tous les Pixar et pas mal de films numériques modernes, un film dont de larges niveaux de lecture sont destinés aux adultes.


Julien, je suis d'accord sur "Les 12 travaux d'Astérix", c'est pas mal du tout.



Répondre
A


je viens de voir ton top. Je vais le référencer sur l'article d'origine. Pour Burton/Selick, c'est exactement ce que j'expliquait en détail sur Filmosphère. C'est bien un duo de réalisateurs.



Répondre
.obbar-follow-overlay {display: none;}