Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twixt

11 Mai 2012 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Parfois un film bien barré, ça ne fait pas de mal. Aussi, remercions Francis Ford Coppola pour le spectacle offert avec Twixt. Décadent, émouvant parfois troublant, regrettons seulement qu'il n'ait pas atteint cette fois les sommets d'intensité de son prédécesseur.

 

Twixt1.jpg

Bruce Dern et Val Kilmer

 

Quel drôle de casting ! Entre cet écrivain semi-raté interprété par un acteur en perdition (Val Kilmer, vraiment très bon), cette fantomatique adolescente au magnétisme indéniable (Elle Fanning, géniale) et ce flic au bord de la retraite siphonné comme un bidet (Bruce Dern, hilarant pince-sans-rire), nous naviguons dans un espace hétéroclite qui, contre toute attente, prend une consistance hybride oscillant entre le grotesque et le magnifique. Ce, au gré d’une narration qui, rapidement va s'étioler pour ne former que l’épais manteau opaque d’une brume sur le lac…

 

Quelle étonnante esthétique ! Francis Ford Coppola fait feu de tout bois avec sa caméra numérique : surimpressions, noir et blanc superbe troué de quelques touches colorées, 3D (mais pas pour notre séance), incrustation type Sin City (Robert Rodriguez, 2005), nuit américaine,... Mais pas de travelling ni d'amples mouvements de caméra, seuls quelques angles audacieux. Et du sang. Partout. Contre toute attente, l’ensemble prend forme. Twixt est, plastiquement, un surprenant hybride grotesque et magnifique – l’épais manteau opaque d’une brume sur le lac…

 

Quelle étrange histoire ! Celle d'un père ou celle de l'enfant. Celui que nous protégeons en tant que parent, celui que nous tuons à force de craindre pour sa santé – ou pour la notre. Celui que nous tuons irrémédiablement, qui finit par nous tuer et nous fait (peut-être) revivre. Ou tout simplement nous fait tout recommencer, reprendre inlassablement le chemin d'une perdition, de la disparition de soi à travers la disparition de la chair de sa chair. Et, avec le temps, se dissipe l’épais manteau d’une brume sur le lac…

 

Twixt.jpg

Elle Fanning

 

nolan

 

Note de nolan : 3

 

Twixt  (Francis Ford Coppola, 2011)

Partager cet article

Commenter cet article

CHRISTOPHE LEFEVRE 17/05/2012 10:45


Un film que j'ai beaucoup aimé. Je ne l'ai pas encore choniqué, par manque de temps, mais j'ai adoré tous les passages oniriques

nolan 17/05/2012 12:39



J'irai lire cela une fois rédigé alors ! Je n'ai pas lu grand chose sur Twixt d'ailleurs. Je manque un peu de temps. 



FredMJG 15/05/2012 09:23


Par contre, dans la prochaine, tu es gentil.


Pas d'histoire de brume.


Merci.


^^

nolan 15/05/2012 14:35



Je suis un black. Un basketteur. Un basketteur gay ...



FredMJG 15/05/2012 09:22


Quel chouette film !


Et quelle jolie critique !

nolan 15/05/2012 14:36



Merci ! 


Antoine m'a donné un coup de main sur certaines tournures de phrase maladroites.



.obbar-follow-overlay {display: none;}