Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Dernier Rempart

27 Juillet 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Un talentueux cinéaste sud-coréen s'exporte pour une commande hollywoodienne. Sans prétention et très formaté, le film reste anecdotique.

Arnold Schwarzenegger

Arnold Schwarzenegger

Des trois réalisateurs sud-coréens qui s'exportent, Kim Jee-woon est sans doute le moins reconnu. Pour notre part, nous le préférons à Park Chan-wook, l'auteur d'Old Boy (2005) et l'idée de voir un film d'action vieille école avec Arnold Schwarzenegger semblait bonne pour occuper 1h45 un cerveau un peu en veille. Mais, à cause d’un scénario trop bancal et d’une absence de caractérisation des personnages trop nombreux, le film ne satisfait guère. Face à un Schwarzy un peu ankylosé, Edouard Noriega, en patron de cartel de la drogue vicieux, parvient tout de même à exister. Ce malgré les pathétiques dialogues dont il se voit affubler mais grâce à une certaine élégance naturelle qui tranche avec un rôle aussi forcé. Passons sous silence l'humour – enfin les bides – mais notons tout de même que le métrage foire aussi le seul gag avec du potentiel : un Mexicain fait tout pour retourner dans son pays natal et des Américains l'en empêchent. 

Alors que reste-t-il ? Les talents de faiseur du sud-coréen, intacts. Les scènes en voiture sont toujours impressionnantes, bien montées et joliment photographiées. Il faut d'ailleurs remarquer que, dans celles-ci, le nombre de personnages est considérablement réduit. Cela ne suffit pas à sauver le film mais permet quelques instants de se distraire. Plus généralement, on peut se poser la question sur l'incapacité d'Hollywood à intégrer ces réalisateurs venus d'Asie., Après Ringo Lam, Tsui Hark et John Woo (ce dernier un peu mieux traité tout de même), vite repartis à Hong-Kong, Park Chan-wook s’est fourvoyé dans Stoker en début d’année. Quant à Bong Joon-ho, autre Sud-coréen, de loin le meilleur, il a choisi pour son essai en langue anglaise, Le Transperceneige, la coproduction internationale. Ce projet alléchant, financé en partie par la Corée du Sud, sera-t-il à la hauteur de ses ambitions ? 

nolan

Note de nolan : 1

 

Le Dernier Rempart (Kim Jee-woon, 2013)

Partager cet article

Commenter cet article

.obbar-follow-overlay {display: none;}