Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Man of Steel : arme de destruction massive mais pour la paix

2 Juillet 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Réflexions pointues sur films obtus

Un jeune garçon a le pouvoir d'écraser les autres d'un claquement de doigts. Mais emprunt de valeurs judéo-chrétiennes, il tâche d'aider son prochain en toute discrétion. Son père et un général vont le révéler à lui-même : combi moulante et destruction massive, les deux mamelles du nouveau Messie.

 

Réflexions pointues sur films obtus

- Tu l'aimes ta mère, hein ? - Oui maman. (Henry Cavill et Diane Lane)

- Tu l'aimes ta mère, hein ? - Oui maman. (Henry Cavill et Diane Lane)

On le sait, Zack Snyder a un défaut, il ne comprend pas ce qu'il filme. Aussi, va-t-il adapter 300 (2007) et Watchmen (2009) sans recul aucun. Sa mise en image vire vers un fascisme bon teint dans le premier et prend des accents anarcho-misanthropes dans le second sans interroger le contenu originel. Certes Franck Miller est un gros réac’ et Alan Moore un misanthrope mais le rôle du réalisateur n'est-il pas d'aller au-delà de la retranscription image par image des bandes dessinées ? Surtout lorsque les auteurs précités font assurément preuve d'une réflexion dans leur œuvre. Mais le cinéaste aime filmer et son goût pour le tape-à-l’œil n'est pas désagréable. Aussi le voir aux commandes d'un hénaurme blockbuster d'un personnage aussi lisse que Superman nous paraissait ne pas être une mauvaise idée. Las ! C'était sans compter la volonté de mettre une patte nolanienne à la genèse du héros en confiant le scénario à David Goyer et la production à Christopher Nolan. A la vue de la douloureuse première heure et demie, l'incroyable bienveillance que nous conservons pour le cinéaste britannique nous laisse penser que l'auteur de The Dark Knight (2008) est juste venu prendre le pognon et a à peine parcouru l'indigente histoire christico-ridicule gribouillée par Goyer. Donc, Jésus revient pendant une heure trente à la recherche de lui-même et de son père mais ici point d'humains qui ne savent pas ce qu'ils font (ils ne font rien), point de personnage féminin alors que Loïs Lane (ici, Amy Adams) a toujours été à notre sens le seul intérêt des adaptations du comics. Pire, Kal-El n'est pas un adepte de la grosse déconnade (il n'y a qu'une vraie blague - avec un photocopieur – sur tout le film). Pourquoi pas mais ça n'excuse en rien ces atermoiements d'un vide abyssal sur ce qui aurait pu être une bonne idée (Superman n'est pas superchaud pour sauver le monde parce que tout le monde va quémander en permanence ou le tuer parce qu'il est « différent »– donc peut-être gay). Mais après que le spectateur ait fait pénitence : place au barnum ! Ah ça, on dira ce qu'on voudra mais les destructions massives en mode Ancien Testament, c'est quand même plus sympa que de tendre la joue gauche. Avec un général Zod (Michael Shannon) qui assume son discours binaire, le film se transforme en gigantesque champ de bataille à peine interrompu par Superman, flottant les bras en croix dans l'espace avant de redescendre botter les fesses de ses compatriotes. On rit de bon cœur à la terraformation, on se surprend à supporter le bras droit de Zod, Faora (Antje Traue), guerrière plutôt efficace et peu portée sur les cafés philos. Bref, le film se libère d'à peu près tout, y compris les quelques neurones qu'il aurait pu avoir.

"- Vous serait-il possible de me passer le sel ? A défaut, je vous pulvérise." A l'approche d'un combat le général est toujours un peu tendu (Antje Traue et Michael Shannon)

"- Vous serait-il possible de me passer le sel ? A défaut, je vous pulvérise." A l'approche d'un combat le général est toujours un peu tendu (Antje Traue et Michael Shannon)

Zod et Faora ne valent pas mieux que ceux qu'ils veulent détruire et Superman va les supprimer mais, de peur de finir seul avec sa mère (Diane Lane), il choisit de ne pas se débarrasser des humains. Et puis comme ça dans la dernière minute il craque sur Loïs Lane sans que l'on comprenne bien à quel moment il a remarqué sa présence. Et nous dans tout ça, on sort fatigué, un peu atterré, pas vraiment détendu.

 

nolan

Partager cet article

Commenter cet article

for more details 04/12/2014 10:11

It is an excellent movie that was destroyed by expectations and some so-called idiotic critics. Just show those reviews up, flush them in the toilet, and see the movie. Then you will understand how good it was and what success it should have received.

Flow 18/07/2013 13:41

Ah oui la dernière heure ne peut-être que du Snyder vu l'overdose de destruction dégueulasse !
Je n'ai pas trouvé le film si nul que ça. J'ai bien aimé la modernisation du mythe même s'il n'a rien de bien original. Je suis sorti de la salle satisfait mais avec le recul, je me dis qu'il ne casse pas trois patte à un canard.
Pour ce qui est de Nolan et DC, je pense qu'il s'y intéresse vraiment ! Apparemment, il a fait ajouter in-extremis le nom de Wayne Industries sur un satellite détruit par Zod... Pour préparer Justice League. Pas sûr que singer Marvel soit une bonne idée. C'est peut-être des conneries, je n'ai point vu la référence. Enfin, je n'ai pas capté la scène du photocopieur non plus, je ne suis peut-être pas le meilleur juge ^^

nolan 19/07/2013 09:23

Mais c'est la seule blague du film ! Je comprends qu'on puisse la trouver nulle mais qu'on la remarque pas, ça me surprend. Sauf bien sûr si, considérant l'ennui que le film provoque, on choisit, à bon escient, de faire une bonne sieste.

Benjamin 08/07/2013 09:33

Je n'ai pas noté non plus la blague au photocopieur et rate sûrement une occasion de briller en soirée. Warner étant pleinement satisfait des recettes de la trilogie Dark knight, voilà plus ou moins Nolan aux rênes de la branche DC. Et Batman serait-il en train de créer ses propres ennemis ?

nolan 11/07/2013 07:44

Ah ah ! La dernière heure, je pense, est du pur Snyder.

Benjamin 10/07/2013 14:15

Ce qui est marrant c'est que personne n'attribue rien à Snyder !

nolan 10/07/2013 12:11

ah j'irai lire cela. Pour ma part, je pense que l'influence nolanienne n'existe pas, et donc qu'il y a eu entourloupe de la part du réalisateur britannique. Pour Antoine, la Warner avait juste besoin de son nom. Il y a quelques éléments qui font penser à Batman Begins et David Goyer, auteur des scénarios des deux films, y sans doute pour quelque chose. Mais de là à y voir du Nolan, mouais.

Benjamin 10/07/2013 10:03

Tu crois pas qu'il y a du Nolan dans le découpage de la première heure ? Le fait qu'il soit crédité coscénariste et que son nom, me semble-t-il, était annoncé parmi les réalisateurs potentiels, nous permet de supposer une influence. Chez nous, un commentaire fait cette hypothèse.

nolan 10/07/2013 07:46

:-). J'ai trouvé que le décalage sérieux papal/blague pour enfant marchait plutôt bien pour être honnête.

Sylvain Métafiot 08/07/2013 00:53

Crénom de nom, j'ai raté la blague avec le photocopieur ?!

nolan 10/07/2013 12:08

:-). J'ai trouvé que le décalage sérieux papal/blague pour enfant marchait plutôt bien pour être honnête.

Sylvain Métafiot 10/07/2013 02:17

Oula oui, maintenant je me souviens.
Rien que d'y songer j'en ai mal aux côtes...

nolan 09/07/2013 23:36

Il y a un gros ALERT en rouge pour annoncer l'apocalypse. Puis le plan s'élargit, c'est un photocopieur. Lois Lane crie : il y a plus de papier !

.obbar-follow-overlay {display: none;}