Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mud

13 Mai 2013 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Dans ce récit d'aventure initiatique, Jeff Nichols trouve le regard juste pour adopter le point de vue des héros à la frontière de l'âge adulte et fait, une nouvelle fois, preuve d'une grande science du récit. Pas bien gai mais résolument plus optimiste que son opus précédent, il est toutefois moins convaincant. Mais largement au-dessus du lot.

Tye Sheridan et Matthew Mc Conaughey

Tye Sheridan et Matthew Mc Conaughey

Mud (Jeff Nichols, 2012)

 

Probablement destiné à devenir un cinéaste américain majeur au cours de cette décennie, Jeff Nichols après un excellent coup d'essai (Shotgun Stories, 2007) et un chef d'œuvre (Take Shelter, 2011) s'offre une respiration à travers un récit d'aventure (et d'apprentissage) dans lequel deux adolescents de 14 ans, Ellis (Tye Sheridan) et Neckbone (Jacob Lofland), décident d'aider Mud (Matthew McConaughey), fugitif caché sur une petite île du Mississipi, à retrouver l'amour de sa vie, Juniper (Reese Witherspoon), et quitter l'Arkansas.

Formellement, le réalisateur s'inscrit dans un classicisme dont il parvient à maîtriser chaque aspect (à l'exception – peut-être – de la durée) : elle se traduit par une longue mise en place, la linéarité du récit à la construction solide, une réalisation sobre, et une caractérisation des personnages rigoureuse mais peu inédite. Jeff Nichols semble fuir les effets de mise en scène pour éviter, sans doute, de forcer la main au spectateur, et présente la souffrance d'Ellis à l'état brut. C'est aussi un contrepoint à l'aspect fantastique de Mud. Avec ce personnage (fort bien servi par l'interprète du Killer Joe, qui semble avoir trouvé en 2011 les rôles majeurs de sa vie d'acteur), le film navigue, ou plutôt flotte, dans les eaux troubles de l'amour, celui qui vous détermine en tant qu'amant et en tant que père (rôle dont la faiblesse et les doutes étaient déjà présents dans Take Shelter), les deux reposant sur un fragile équilibre qui tend pour l'ensemble des personnages vers l'échec. Ellis croit trouver en Mud un héros romantique, celui qui représente une version achevée et réussie de l'amant protecteur, du modèle de l'homme libre. Aussi est-il présenté d'abord comme une figure fantastique (sa chemise de héros, sa façon d'apparaître et de disparaître) avant de prendre chair à mesure qu'Ellis découvre que son fantasme n'existe pas. Autour d'Ellis, Neckbone et Mud gravitent quatre figures paternelles différentes : le père faible (Senior, le père d'Ellis – Ray McKinnon), le tragique (Tom Blankenship – Sam Shepard), celui qui fait autorité (King – Joe Don Baker) et l'illégitime (Galen, l'oncle de Neckbone – Michael Shannon). Quatre figures sans femmes (ou sur le point de partir) et confrontés à des degrés divers à leur incapacité de gérer leur progéniture. Tout ceci n'est pas bien gai mais Jeff Nichols ne verse pas dans la fable cruelle. Au contraire, son film offre des perspectives plus rayonnantes. Mud c'est aussi une quête, celle, menée à bien, d'un bateau perché en haut d'un arbre à remettre à flot qui supplante celle du démontage de la maison d'Ellis (ou la métaphore douloureuse de la fin de son enfance). Et le film offre son lot de morceaux de bravoure, qu'il s'agisse de sauver l'un des protagonistes d'une morsure de serpent (et plus qu'à Stand By Me – Rob Reiner, 1986 – auquel il est fait référence, on pense au récent True Grit des frères Coen – 2010) ou de régler les comptes lors d'une oppressante fusillade finale. Enfin, l'humour, incarné par le débonnaire Galen ou l'impassible Neckbone, ne manque pas d'apporter une touche de légèreté. Jeff Nichols réussit ainsi à trouver le ton juste, grave mais pas désespéré pour raconter une période charnière et surtout offrir le récit d'aventure que les héros s'étaient promis.

 

nolan

 

Note de nolan : 4

Note d'Antoine Rensonnet : 4

Sam Shepard

Sam Shepard

Partager cet article

Commenter cet article

boue 15/02/2014 14:57

Ce qui est sur c'est que Jeff Nichols arrive une fois de plus à créer des personnages très attachants. Et ce qui est intéressant aussi c'est que les personnages sont presque supplantés par un autre personnages, non humain celui-ci, le fleuve.

Gladys Loquet 13/06/2013 10:47

Bonjour ! Je suis tout-à-fait d’accord avec vous : ce bateau perché, l’apparition de Mud (remarquable !), ces « morceaux de bravoure » dont vous parlez (d’autant plus réjouissants qu’ils arrivent après que l’image de Mud se soit considérablement dégradée dans l’esprit d’Ellis), tout ceci assure le rayonnement de ce film, ce quelque chose qu’il veut visiblement préserver de l’univers de l’enfance : le conte, le récit d’aventure… (d’où peut-être aussi son classicisme, que vous avez remarqué…)

nolan 14/06/2013 19:44

Merci beaucoup. Je vais jeter un coup d’œil à votre note ce week-end !

.obbar-follow-overlay {display: none;}