Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Prophète

8 Septembre 2009 , Rédigé par nolan Publié dans #Critiques de films récents

Malik a 19 ans quand il arrive à Centrale purger ses six années de prison.

Il tombe rapidement sous la coupe d'un groupe de prisonniers corses qui fait régner sa loi. Sa première mission est d'éliminer un codétenu.

Une fois gagné la confiance des Corses, Malik développe discrètement son propre réseau...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Niels Arestrup et Tahar Rahim


Un Prophète se passe dans une prison mais l’histoire pourrait être transposée au sein de n’importe quelle entreprise, administration ou parti politique. Le cadre carcéral plus cinégénique permet à Jacques Audiard de renforcer sa métaphore sociale (comme c’était le cas dans la série Oz, 1997-2003 de Tom Fontana). 

Sans dévoiler les ressorts scénaristiques, le film présente un profil d’opportuniste malgré lui dont le pouvoir (voire super-pouvoir) grandit à mesure qu’il puise l’énergie des hommes qu’il côtoie. L’entourage de Malik chute à son contact et lui laisse un héritage : une conscience avec laquelle il faut vivre (Reyeb), le goût du pouvoir et la machination (César), une femme et un enfant (Ryad).

Je ne reviendrai pas sur les grandes qualités du film puisque déjà très bien décrites un peu partout dans la presse spécialisée ; le film trouve ainsi un bel équilibre entre maîtrise formelle (structure de l'histoire, scènes de vie carcérale) et expériences visuelles (scènes oniriques, la fusillade dans le 4x4).

nolan

 

Un Prophète (2009), de Jacques Audiard

Note  de nolan (MAJ): 4
Note de Ran : 4

Partager cet article

Commenter cet article

Antoine 01/07/2012 18:15


OK, OK.

Antoine 29/06/2012 22:41


Ah, oui, nolan, c'est quoi la mise à jour de ta note ? Je viens juste de voir ça.

nolan 30/06/2012 15:29



Au moment de faire le bilan de l'année, j'ai trouvé que j'avais sous noté le film. Du coup, j'ai changé la note. voilà !



Antoine 29/06/2012 22:39


Ah, Rimbaud et Saison en enfer...


Parfois, j'aimerais entrer complètement dans une bulle et ne faire que lire, regarder des films et écrire. Et, parfois, non...


Sinon, je ne connais pas du tout Charles Dantzig.


Je ne sais pas si notre blog est à part. Il y en a pas mal de bons sur le cinéma (liste sur le côté droit). Après, beaucoup doivent être navrants mais, bon, du coup, je n'y vais pas. En tout cas,
j'aime bien notre titre et son histoire et on essaie de faire ça sérieusement - sur Kubrick, c'est sûr que j'ai bossé (même s'il faudrait que je fasse un jour des versions allégées et mieux
écrites des textes existants - manque de temps...) - mais, rassure-toi, on se marre bien.

Lalalère 29/06/2012 13:03


Ben dis donc ça rigole pas ici ! T'es super calé ! 


J'ai eu ma période poésie, aussi. J'ai dévoré Rimbaud, un de mes héros (oui j'en ai quelques autres), dont la bohème et le feu me fascinent.


Verlaine bien sûr, et Baudelaire pour ses Fleurs.


J'ai lu tout Zola, Proust ..... et après je suis sortie de ma bulle pour vivre un peu, hé hé hé.


Connais-tu Charles Dantzig ? son Encycolpédie capricieuse est merveilleuse de décalage.  


En tout cas votre blog semble à part, vous avez bien vos deux propres visions et écritures. Chouette concept (et pis tant de notes sur Kubrick ne peuvent laisser envisager que le meilleur)  
  

Antoine 29/06/2012 09:19


Ouh, la, je sentais que j'étais en train d'écrire une connerie. Térence (et non Terrence) est un dramaturge latin d'origine berbère.

.obbar-follow-overlay {display: none;}