Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Livre d'Eli ou l'improvisation dans les blockbusters

23 Mars 2010 , Rédigé par nolan Publié dans #Réflexions pointues sur films obtus

Dans un futur apocalyptique, Eli marche vers l'Ouest parce que Dieu lui a dit. Il détient une Bible qui fait l'objet de la convoitise de Carnegie, un loubard local. Tout le monde se bat. On ne rigole pas avec Dieu.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Réflexions pointues sur films obtus

 

Le Livre d'Eli ou une certaine tendance à l'improvisation dans les blockbusters


« L'Humanité a tout détruit, elle doit être punie !! Abracadabra, coucou, c'est Dieu, j'ai un message à délivrer et je m'en vais vous réduire en mille morceaux. Mais pas tous, hein ?! Il restera les plus sauvages et quelques gentils pour la forme. Alors bon voilà, comme je suis le Seigneur, je peux tout me permettre et je vais faire un film de prévention. Bon, c'est quoi la mode en ce moment ? Denzel Washington a la super classe… OK ce sera mon Jésus. Les Fils de l'Homme (Alfonso Cuaron, 2006), c’est une œuvre catho réussie ? Super on va faire pareil avec des plans-séquences et tout ? Yeah !! Bon The Road (John Hillcoat, 2009) c'était trop sirupeux, 2012 (Roland Emmerich) trop rigolo… No problem, on va faire un film pas sirupeux et pas rigolo, ça c'est de l'inédit mon pote !

Alors voyons, des scènes de combats, Eli qui dit la bonne parole avant de couper tout le monde en rondelle (je suis génial), des explosions, Gary Oldman en méchant comme dans les années 90 (revival nostalgique, il fallait y penser), et la Bible = le Saint Graal. Allez c'est parti, let's make dreams come true !"

 

ELi Denzel Washington et Mila Kunis en plein Bible Power

("Seigneur, aide-nous à trouver une idée pour faire avancer l'histoire.")

 

"Oh putain, j'étais en train régler un truc en Haïti, j'ai zappé et j'ai oublié d’envoyer le scénar divin. Regardons… Ouh là, là, mais ils ont fait SANS SCENARIO. C'est quoi ces scènes de liens entre les combats. Improvisation totale, on dirait que l'équipe découvre l'histoire en même temps que le spectateur. C'est expérimental ! Et ouais, Gus Van Sant et Lars Von Trier peuvent aller se rhabiller ! Ca me rappelle Wolverine (Gavin Hood, 2009), ce super film de baston avec une fille, on croit qu'elle morte mais en vrai c'était du ketchup !! Ah quel con ce Wolverine, il y a trop cru alors que c'est une super bête qui sait distinguer un pet de mouche d'une trace de frein avec juste son nez ! Le Livre d'Eli, c'est autre chose, quand même… Tiens le gars il fait la prière avant chaque repas et hop tout le monde trouve ça beau : Bible power. Grâce à l'Apocalypse les Hommes consomment moins (mais violent, pillent, tuent plus, NDLR) : Apocalypse Power. A la fin, mon livre est en sûreté et la fille va aller prêcher la bonne parole à grands coups de machette dans la tronche. Au moins, c'est logique. Je ne vais peut-être pas me faire trop de pub là dessus quand même. Je peux faire mieux… Ah ! Alors c'est l'archange Michael qui veut sauver l'Humanité qui a trop pêché et que moi j'envoie toute une armée pour tuer trois rednecks en plein désert. Et puis l'armée des anges, elle serait constituée que d'un ange parce que je suis un peu en rade de thunes en ce moment. Ca s'appellerait Légion (Scott Charles Stewart, 2009) et sur l'affiche t'aurais un ange avec un UZI dans la main droite et un couteau de Rambo dans la main gauche.

J'ai peut-être besoin de repos, moi…"

 

Dieu tout puissant pour nolan en exclusivité du royaume des cieux. Merci Seigneur.

Le Livre d'Eli (Albert Hughes, Allen Hughes, 2009)

Partager cet article

Commenter cet article

.obbar-follow-overlay {display: none;}