Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Total Recall, Mémoires programmées : ces films d'actions qui devraient durer une heure

17 Décembre 2012 , Rédigé par nolan Publié dans #Réflexions pointues sur films obtus

De : La C.C.A.F.Q.C.P.F. (Cour des Comptes Artistiques des Films Qui Coûtent la Peau des Fesses) représentée par le blog De son cœur le vampire.

 

A l'attention de : Madame, Monsieur le producteur/la productrice de films d'action

 

Objet : Inspection de blockbuster réf. 2012/4569

 

Réflexions pointues sur films obtus

 

Madame, Monsieur le producteur de films d'action,

 

C'est avec attention que j'ai visionné l'un de vos produits : Total Recall, Mémoires programmées de Len Wiseman et vous trouverez ci-après mes observations.

 

 

  Total-Recall-1

Colin Farrell en pyjama, le petit café du matin, et déjà les bouchons en ville. 

 

 

1/ C'est joli

 

Le film n'est pas tant un remake de l'opus de Paul Verhoeven en 1990 qu'un vibrant hommage aux décors de Blade Runner (Ridley Scott, 1982). Ceux-ci sont en effet superbes. L'Union Fédérale Britannique et la Colonie présentent de somptueuses zones urbaines, sales et empilées, inspirées des cités chinoises anciennement britanniques qui servaient déjà de support au chef d'œuvre de Ridley Scott, le tout shooté à la Red (caméra numérique) et photographié avec quelques tons Wong Kar-Waiesque (on pense parfois au train de 2046 - 2004). Le talent technique du faiseur hollywoodien nous fait profiter à plein de son décor dans une succession de scènes d'action bien découpées. Chanceux, votre réalisateur réussit même un improbable mix entre la course poursuite en voiture de Minority Report (Steven Spielberg, 2002) qui évoquait les décors de Metropolis (Fritz Lang, 1927) et celle du Cinquième Elément (Luc Besson, 1997) qui s'inspirait de l'univers des auteurs de BD, Moebius et Enki Bilal. Oui, mais voilà votre blockbuster dont le coût de fabrication est estimé à 125 de millions de dollars souffre d'un stupéfiant déficit scénaristique.

 

total recall 1

Colin Farrel habillé en mode pas trop pressé (il va au travail)

 

2/ C'est trop débile

 

Il apparait dès les premières minutes que Len Wiseman n'a absolument aucun angle d'attaque, aucun point de vue. Les personnages pourraient réciter une recette de cuisine que ça ne changerait pas grand-chose. Reconnaissons donc que les scènes de présentation sont suffisamment claires pour se passer de dialogues mais surtout qu'elles n'ont d’autre utilité que de présenter un monde futuriste, certes assez fascinant visuellement, mais sur lequel il n'y absolument aucune considération sociale. Votre premier réflexe sera sans doute de vous rassurer de cette absence de velléités cinématographiques parce que vous avez vu Die Hard 4 (2007) du même auteur ou qu'après The Dark Knight Rises (Christopher Nolan, 2012), vous préférez que les réalisateurs de grosses machines modèrent leurs ambitions. Mais de là à nous resservir la vieille soupe de la multinationale qui complote et provoque des attentats contre elle-même en mode ''vous ne vous attendiez pas à ça ?! Si ? Ouais, bon, on s'en fout'', mince alors ! Du coup, le film bascule dans un ridicule de série Z et au bout d'une heure, le spectateur (bon public) n'a plus d'autre position que celle de la consternation.

Pour d’obscures raisons de rigueur professionnelle, nous avons suivi le film jusqu'au bout alors qu'il n'était visiblement plus contrôlé par qui que ce soit, pour assister médusés à une bagarre entre un PDG quinquagénaire (Bryan Cranston – le Walter White cancéreux de Breaking Bad ; Vince Gilligan 2008 – 2013) de la très puissante et vipérine firme face à un trentenaire surentraîné – terroriste mais en fait non parce que c'est mal vu – qui a tué une heure et demie plus tôt en deux temps trois mouvements vingt-et-un policiers surarmés. Et le PDG lui tient la dragée haute. Au moins cela pourra déclencher quelques rires nerveux chez les gens les plus mentalement solides de l'assistance.

 

Total-Recall-4

Colin Farrell en mode pressé (il rentre à la maison)

 

3/Proposition de solution :

 

Une recommandation assez coûteuse serait de payer un scénariste et de lui laisser le temps d'écrire. Mais il est bien entendu que cette option a été abandonnée depuis longtemps. Pourtant, avec quelques réalisateurs concernés et prétentieux (type Sam Mendes, David Fincher ou Christopher Nolan), le résultat peut être, artistiquement parlant, tout à fait concluant.

 

Mais notre solution pour proposer un produit décent sans payer de scénariste de talent ou, pire, un réalisateur avec un point de vue cinématographique, se fonde sur une étude approfondie du produit examiné et des récents  Mission Impossible – Protocole Fantôme (Brad Bird, 2011), à  Prometheus (Ridley Scott, 2012) et même  Jason Bourne : L'Héritage   (Tony Gilroy, 2012) : la transformation du blockbuster en moyen métrage.

 

Par conséquent,

 

Le blog De son cœur le vampire, mandaté par la Cour des Comptes Artistiques des Films Qui Coûtent la Peau des Fesses, vous demande officiellement d'instaurer une durée de blockbusters à 60 minutes avec, par dérogation, une durée maximale exceptionnelle de 75 minutes.

 

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le producteur de films d'action, l'expression de nos sentiments les plus distingués.

 

P°/La Commission et par délégation,

Le chargé de mission délégué aux films hollywoodiens

 

Nolan-signature.JPG

Partager cet article

Commenter cet article

Nature 05/08/2014 13:31

Votre blog est bien arrangé on comprend rapidement et simplement ce que vous voulez transmettre, bravo

FredMJG 03/01/2013 12:12


Y a des décors ?! mouarf

FredMJG 03/01/2013 01:19


Si c'est pas une honte de nous coller la chute de reins de Farrell qui ne porte même pas de culotte à l'entrée de ce post. Le pire est que je devais déjà dormir, je ne me souviens même pas de la
couleur de son pyjama

nolan 03/01/2013 10:51



Oui je voulais montrer un peu les décors mais je n'ai trouvé qu'une photo avec son cul devant.


Heureusement qu'il est beau.



Flow 28/12/2012 14:17


Elle est bien bonne, la signature à la fin m'a achevé. Sinon, le film est pourri et donne une crise d'épilepsie...

nolan 31/12/2012 15:28



merci !



Marc Shift 27/12/2012 07:27


J'avais pas vu les décors comme ça, même si je trouve que dans la première version il règne une atmosphère plus décadente. Mais en fait c'est plus sur l'aspect technique que sur l'idée que j'ai
tiqué car dans les arrière plan j'ai eu nettement l'impression d'avoir de vieilles cinématique à la squaresoft, problématique en comparaison du budget....

.obbar-follow-overlay {display: none;}